Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Jeu vidéo

Une quête sans stress avec Kirby dans les mondes oubliés

durée 09h00
18 avril 2022
Yves Therrien
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Yves Therrien, Journaliste

J’ai eu du plaisir en amusant dans les aventures de Kirby à travers des mondes oubliés. Je dirais même que c’est relaxant comme aventure. On est loin des jeux sanguinolents du type survivre à des hordes de zombies !

Kyrbi, cette grosse boule rose, qui ressemble étrangement à une bulle de gomme baloune, doit voyager d’une région à l’autre pour libérer ses nouveaux amis emportés dans des cages à la suite d’une tornade.

Au début de l’histoire, le pays de Kirby, un bel endroit, est frappé par une tempête qui vient tout détruire. Il échoue sur une plage sans personne aux alentours. Une petite marche dans les bois à l’horizon pour y découvrir un village dévasté. C’est là que débute l’aventure.

Commence alors une exploration des moindres recoins de la plaine, des tunnels et d’autres portions des villes pour libérer les Waddle Dee emprisonnés par des forces maléfiques.

Lorsqu’un certain nombre Waddle Dee sont libérés, ils commencent à reconstruire leur village, dont le premier bâtiment est un cinéma où le joueur pourra revoir ses exploits.

Plus tard, les petits amis de Kyrbi créeront de nouvelles îles où il sera possible de gagner des joyaux. Ces sections sont légèrement plus compétitives que les différents mondes à explorer.

Chose certaine, cette aventure dans les terres oubliées nous place dans la plus pure tradition de Nintendo depuis le premier Super Mario. On traverse des tableaux, on fait éclater des ennemis, on détruit quelques canons, on trouve des pièces, des trésors et de la bouffe pour reprendre de l’énergie.

Kirby, qui peut avaler pratiquement n’importe quoi, gagnera le pouvoir de l’ennemi vaincu. Dans chaque monde, il y aura des pouvoirs et des capacités différentes.

Plus encore, Kirky possède une élasticité sans borne de sorte qu’il peut se transformer en avalant une automobile, un cône orange, une distributrice de cannettes, même un escalier pour utiliser de nouveaux outils de combat ou une capacité pour atteindre un niveau en hauteur pour terminer son exploration du secteur.

Il faut un peu d’astuces, un bon sens de l’observation pour passer d’une étape à l’autre, mais rien de vraiment exigeant sur les manettes, sur les tendons de la main ou pour les neurones du cerveau. C’est un bon moment de détente en 3D dans un monde très coloré.

Il est possible de jouer avec un partenaire pour doubler le plaisir d’explorer cette nouvelle aventure ! À deux, ça décuple le plaisir.

Parfait pour les joueurs occasionnels, les enfants ou les adultes, qui veulent s’amuser sans casse-tête. Comme on le fait dans les aventures de Mario, on s’amuse. C’est ça le plaisir de jouer !

Conçu pour la Nintendo Switch, le jeu vaut 80 $ en magasin et coûte un peu moins cher en téléchargement. Les détails sont sur le site de Nintendo.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 16h00

Jacques Pineau récipiendaire de la médaille de l’Assemblée nationale

Le conseil d’administration de Spect'Art Rimouski est fier de souligner que son directeur général et artistique, Jacques Pineau, s’est vu remettre la médaille de l’Assemblée nationale lors d’une cérémonie hier à Rimouski. Cette distinction lui a été décernée afin de souligner sa contribution remarquable à la diffusion de la culture dans la ...

durée Hier 10h00

Quatre œuvres d’art public inaugurées à Rimouski

Quatre œuvres d’art public, installées dans les dernières années dans le cadre de la Politique d’art public adoptée en 2015 pour encadrer et soutenir le développement de l’art public sur le territoire de Rimouski, ont été inaugurées officiellement hier. Ces œuvres se retrouvent sur les sites de quatre grands projets d’immobilisation menés par la ...

29 juin 2022

La galerie d’art Léonard-Parent présentera une exposition collective estivale

La Ville de Rimouski présentera, pour la première fois depuis la naissance de la galerie d’art Léonard-Parent, une exposition collective estivale intitulée « À la rencontre des générations, tisser des liens et bâtir des ponts », du 7 juillet au 26 août prochain. Ce projet d’exposition collective estivale permettra aux artistes, accompagnés d’un ...