Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Se révéler pour discuter de son expérience lui permettra «de faire oeuvre utile et de continuer de cheminer».

La victime d'Harold LeBel veut dévoiler son identité

durée 10h00
23 mars 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La victime d'Harold LeBel veut dévoiler son identité afin de pouvoir «discuter publiquement et ouvertement» de son expérience dans le système de justice.

Elle a déposé cette semaine une requête pour faire annuler l'ordonnance de non-publication qui protège son identité depuis 2020. Cette requête sera entendue jeudi au palais de justice de Rimouski.

Dans une déclaration sous serment, la victime affirme qu'«après mûre réflexion», l'ordonnance n'est «plus nécessaire». Elle soutient qu'il s'agit d'une décision «bien réfléchie, éclairée et volontaire».

Se révéler pour discuter de son expérience lui permettra «de faire oeuvre utile et de continuer de cheminer».

Harold LeBel a été reconnu coupable d'agression sexuelle en novembre 2022, puis condamné à huit mois de prison. Il a obtenu, mardi, une permission de sortie préparatoire à la libération conditionnelle.

Celle-ci a été fixée au 16 avril prochain. LeBel séjournera d'ici là dans une maison de transition, où il s'est engagé à suivre des thérapies sur les problématiques d'ordre sexuel et de dépendance affective.

L'ex-député péquiste de 60 ans a admis devant les commissaires aux libérations conditionnelles l'agression qu'il a commise, se disant «bouleversé» par le témoignage de la victime au procès.

«Vous admettez tous les gestes qui vous sont reprochés. Vous êtes bien conscient des impacts de vos gestes pour la victime et sur vos proches», ont écrit les commissaires dans leur décision.

Durant son procès, LeBel avait affirmé n'avoir échangé qu'un baiser consensuel avec la plaignante avant d'aller se coucher à ses côtés et de s'endormir aussitôt.

La plaignante, elle, avait témoigné à l'effet que le baiser en question n’était pas consensuel et que Harold LeBel avait ensuite tenté de dégrafer son soutien-gorge pendant qu'elle allait se réfugier à la salle de bains.

Elle avait ensuite raconté qu'elle était allée se coucher et que l'accusé s'était étendu à ses côtés et s'était livré à des attouchements durant plusieurs heures alors qu'elle était pétrifiée de peur.

Caroline Plante, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La Sûreté du Québec mène mardi une opération nationale sur la sécurité routière

La Sûreté du Québec (SQ) procède mardi à une opération nationale en matière de sécurité routière sur l’ensemble de son territoire, dont l'objectif est de sensibiliser la population aux comportements à risque. Dans le cadre de cette opération, les policiers «interviendront sur les comportements problématiques afin de conscientiser les conducteurs ...

Des avertissements de chaleur entrent en vigueur dans le sud et l'ouest du Québec

Des avertissements de chaleurs sont entrés en vigueur lundi matin dans plusieurs régions du sud et de l'ouest du Québec, alors qu'une vague de chaleur touchera une bonne partie de la province cette semaine. Environnement Canada a publié des avertissements de chaleur pour les régions de Montréal, la Capitale-Nationale, l'Outaouais, l'Abitibi, les ...

Dans moins de trois mois, des victimes d'actes criminels pourraient tout perdre

Précipice, aberration, détresse psychologique et financière. À l'aube du 14 octobre, l'exaspération gagne de nombreuses victimes d'actes criminels, qui verront leurs prestations de remplacement de revenu prendre fin en raison de la réforme du gouvernement caquiste. La Coalition avenir Québec a adopté en 2021 une réforme de l'indemnisation des ...