Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19

Justin Trudeau : « Pas de retour à la normale avant l'arrivée d'un vaccin »

durée 11h42
10 avril 2020
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Inès Lombardo, Journaliste

Si Justin Trudeau a voulu passer un message léger en mettant l'accent sur les fêtes de Pâques ce vendredi 10  avril, les questions l'ont rattrapé, dont une en particulier: à quand la reprise à la normale des activités ?

Le premier ministre a été clair : aucun retour à la situation que nous connaissions avant la crise liée au COVID-19 ne sera possible avant la distribution d'un vaccin à tous. Même s'il affirme que le Canada a rapidement pris des mesures et pourrait ainsi sortir de la crise «peut-être cet été»,  soit plus vite que dans les pays voisins, Justin Trudeau a réaffirmé que cette issue idéale ne dépend que de la poursuite des mesures de distance sociale et d'hygiène répétées depuis des semaines.

« Passer à travers la première vague », le but ultime du Canada

Hier, le premier ministre avait évoqué qu'il faudrait attendre un an, voire un peu plus, pour qu'un vaccin fiable fasse son apparition. Dans ce contexte, la question de mesures de déconfinement et de la manière dont ce dernier sera exécuté se fait de plus en plus forte.

Questionné sur le type de secteurs économiques qui bénéficieraient d'éventuels assouplissements, M. Trudeau a pris le temps de décortiquer ses mots, comme pour s'assurer que le message passe: « On est dans le première phase virus. Celui-ci est certes concentré dans certaines régions, mais on est tous vulnérables. Les Canadiens savent que la vie normale, celle que l'on avait avant la crise, est sur pause. On sait que notre capacité d'assurer de passer la première vague dépend entièrement des gens, s'ils continuent de garder leurs distances. À ce moment là on pourra parler d’assouplir ces règles pour l’été. »

Sur le même ton égal, il a ajouté que si le respect des règles se poursuit, certains domaines tels que les écoles, la reprise du travail pour certains et des activités économiques ciblées - sans pour autant préciser lesquelles - pourraient reprendre. 

Si ce scénario optimiste se concrétise, il serait toutefois réalisé de façon à minimiser les risques  de propagation. Soit continuer à prendre des mesures, même assouplies. « Si les règles continuent d'être suivies, à ce moment, on aura développé de meilleurs protocoles pour les dépistages, des capacités techniques et technologiques... On pourra donc limiter d’autres pics. Ce ne sera pas la normale sans vaccin. Mais nos chercheurs travaillent fort », a souligné M. Trudeau. 

Si Pâques est généralement un moment que l’on passe en famille, et « même si celui-ci sera différent », le premier ministre a invité les Canadiens à rester en contact, à se skyper pendant le souper de cette fin de semaine, en bref, à ne pas lâcher. Lui-même s'apprête à passer dimanche et lundi en famille. Il sera de retour mardi.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


28 mai 2024

Renouvellement du GAP: Christian Dubé adoucit le ton devant les médecins de famille

Changeant complètement de ton, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre mardi qu'il avait bon espoir de s'entendre avec les médecins de famille pour reconduire le guichet d'accès à la première ligne (GAP). «On est aujourd'hui mardi, l'entente finit vendredi et j'ai souvent vu dans ma carrière des négociations qui finissent à la ...

28 mai 2024

Ottawa conçoit une stratégie d'IA pour un service public plus efficace

Ottawa conçoit une nouvelle stratégie d'intelligence artificielle pour les opérations du gouvernement fédéral, a déclaré lundi la présidente du Conseil du Trésor, Anita Anand. Lors d'une réunion d'experts à Gatineau, la ministre Anand a parlé d'un grand pas vers une approche fédérale cohérente en matière d'IA. L'objectif est de rendre les ...

24 mai 2024

Affaires municipales: un projet de loi contre la lourdeur administrative

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a l’intention de déposer un projet de loi pour réduire la lourdeur administrative de son ministère. Les contraintes administratives coûteraient aux municipalités 328 millions $ par année, selon l’UMQ. Lors de son discours de clôture des assises de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), la ...