Publicité

26 janvier 2021 - 14:30 | Mis à jour : 14:56

COVID-19

« Soyons patients et gardons le moral », lance le premier ministre Legault

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Même si le nombre quotidien de nouveaux cas positifs à la COVID-19 continue de baisser, le premier ministre du Québec, François Legault, demande à la population d'être patiente d'ici le 8 février, date butoir fixée pour réévaluer les restrictions sanitaires et le couvre-feu.

C'est le message qu'il a lancé aujourd'hui en point de presse, en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.

M. Legault estime que la baisse des cas est attribuable aux mesures adoptées, dont le couvre-feu en vigueur depuis le 9 janvier. Par contre, il évalue que le nombre d'hospitalisations, notamment dans la grande région de Montréal, est encore trop élevé pour baisser la garde.

Par contre, certaines régions, comme l'Est du Québec (Bas Saint-Laurent-Laurent Côte-Nord, Gaspésie-ïles-de-la-Madeleine) pourraient profiter du relâchement de « certaines consignes » à compter du 8 février, compte tenu du très faible taux de contamination des dernières semaines à ces endroits. Mais ni le premier ministre ni le ministre Dubé et ni Dr Arruda n'ont voulu les identifier, ce qui sera fait la semaine prochaine. «Soyons patients et gardons le moral », de dire François Legault.

De la patience, il n'en a toutefois pas manifesté durant la conférence de presse à l'endroit de son homologue fédéral, Justin Trudeau, au sujet des mesures à adopter sur les voyages non-essentiels et quant à l'approvisionnement des doses de vaccin contre la maladie.

« Je ne comprends pas M. Trudeau [de ne pas agir]. Il a tous les pouvoirs. Soit il interdit les voyages non-essentiels, soit il oblige les voyageurs à aller en quarantaine à l'hôtel à leurs frais. Chaque jour qui passe est catastrophique. Il y a urgence d'agir  », a-t-il dit essentiellement.

Comme ses confrères des autres provinces, M. Legault est inquiet sur la question des approvisionnements du vaccin qui a un impact très négatif sur les efforts mis par Québec pour vacciner le plus grand nombre. Le ministre Dubé a d'ailleurs mentionné que 225 000 doses avaient été administrées jusqu'ici, soit deux semaines avant l'objectif fixé.

Le premier ministre rappelle aussi qu'il faut tenir compte des variants du coronavirus, qui sont notamment apparus en Ontario, pour éviter que ceux-ci ne se retrouvent également ici. « On va rester prudent avant d'aller vers du déconfinement .»

Relance économique

M. Legault a profité de ce point de presse pour citer un rapport de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI) qui indique, suite à la pandémie, que 11% des entreprises du Québec risquent de fermer, contre 20% en Ontario et 17% pour l'ensemble du Canada.

Il estime que, même si 11% c'est encore trop, les mesures de soutien adoptées par son gouvernement ont permis d'atténuer les effets négatifs sur les entreprises québécoises comparativement avec le reste du pays.

« On est prêt pour une reprise. On va profiter des nouvelles opportunités pour une nouvelle économie », a-t-il signalé.

À lire aussi:

Nouvelles mesures concernant les voyageurs : Ottawa reporte encore son annonce

Doit-on s'inquiéter des nouveaux variants?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





GoRimouski.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, GoRimouski.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.