Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19

Un sursis de 30 jours pour les travailleurs de la santé non-vaccinés

durée 13h00
13 octobre 2021
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé que les travailleurs du réseau de la santé qui ne sont pas convenablement vaccinés auront un sursis de 30 jours pour rectifier leur situation.

La première date était le 15 octobre, mais le gouvernement du Québec a constaté que la décision la plus responsable était de la repousser au 15 novembre. Actuellement, 96 % du personnel a reçu au moins une dose, mais il n’en reste pas moins que 22 000 travailleurs ne sont toujours pas convenablement vaccinés.

« Quand on additionne le départ potentiel des non-vaccinés aux personnels déjà manquants, on se retrouve à ajouter une pression qui est beaucoup trop forte sur notre réseau et surtout sur les travailleurs de la santé qui sont vaccinés et qui sont au front depuis plusieurs mois. Je crois que si l’on continue comme ça on va foncer dans un mur. Comme ministre de la Santé avec mon équipe, j’ai la responsabilité de protéger la santé de tous les Québécois, mais aussi de notre réseau. Le risque en ce moment est trop élevé. Ça serait irresponsable de jouer aux dés avec la santé des Québécois », explique M.Dubé.

Par exemple, la sous-ministre, Dre Lucie Optrny a indiqué que dans les centres hospitaliers, cela représenterait 600 lits de courtes durées supplémentaires qui seraient fermés au Québec, 35 salles d’opération, alors que déjà 80 salles sont indisponibles sur une capacité totale de 470 en temps normal. À la DPJ et en santé mentale, on remarquerait des réductions de services importants. Près de 35 % des CHSLD subiraient une baisse marquante des soins. La moitié des régions auraient de manière significative moins de personnels pour les soins à domiciles.

Nouvelles conditions

Par contre, de nouvelles mesures se sont ajoutées avec ce nouvel échéancier. Les personnes qui ne seront pas doublement vaccinées d’ici les 30 prochains jours ne recevront pas de primes Covid de 4 % et 8 % en plus du 15 000 $ qui avait été promis. Également, tous les travailleurs nouvellement recrutés ou qui le seront dans les prochains jours devront obligatoirement être adéquatement vaccinés. Autant au secteur public qu’au privé, ils devront être minimalement testés 3 fois par semaine à compter de ce lundi.

« On veut entre autres donner une dernière chance aux non-vaccinés un temps supplémentaire pour se faire vacciner à la lumière des informations que l’on a eues cette semaine », termine le ministre.

Le ministre de la Santé assure qu’ils font tout pour recruter plus d’infirmières et membres professionnels de la santé pour stabiliser le réseau. Il espère pouvoir débuter dans les prochaines semaines la vaccination des enfants de 5 à 11 ans.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 août 2022

Plus de 11 000 nouveaux logements sociaux et abordables, promet la CAQ

La Coalition avenir Québec (CAQ) promet la construction de milliers de nouveaux logements abordables et sociaux dans un second mandat.  François Legault y est allé d'un premier engagement avant même le déclenchement de la campagne électorale, prévu d'ici la fin du mois d'août.  Le chef caquiste a promis vendredi d'ériger 11 700 logements ...

12 août 2022

Publicité pré-électorale: Le DGEQ veut mettre fin au «bar ouvert»

Il est temps de mettre fin au «bar ouvert» qui a permis aux partis politiques de dépenser sans compter en publicités de toutes sortes plusieurs mois avant le déclenchement de la campagne électorale. C’est du moins l’avis du Directeur général des élections du Québec (DGEQ), qui se montre préoccupé par cette question et estime qu’un resserrement de ...

11 août 2022

Pierre Reid: un directeur général des élections sans véritable mandat

Malgré la proximité d’élections générales, le gouvernement Legault n’a pas pris la peine de s’assurer que le Directeur général des élections (DGEQ) ait les coudées franches pour effectuer son travail en toute sérénité, au moment où il en aurait le plus besoin, soit dans les mois précédant la campagne et lors de la tenue du scrutin du 3 ...