Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse de François Legault

La vaccination contre la COVID-19 des 5-11 ans commence ce mercredi

durée 20h32
23 novembre 2021
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

La vaccination contre la COVID-19 pour les enfants âgés de 5 à 11 ans commence dès demain au Québec, d’après ce qui a été annoncé ce soir par le premier ministre François Legault.

Les prises de rendez-vous pour les centres de vaccination ont d’ailleurs été ouvertes ce matin sur clic santé. En milieu d’après-midi, il y avait déjà 80 000 inscriptions. Au total, il y a 650 000 enfants à vacciner.

La semaine prochaine, la vaccination sera également accessible pour ces enfants dans les écoles. Le premier ministre a tenu à rassurer les parents, « le consentement est très important. » Ainsi, une autorisation écrite des parents sera indispensable pour que l’enfant soit vacciné à l’école. 

En conférence de presse, François Legault a nommé trois raisons pour faire vacciner son enfant contre la COVID-19. La première est tout simplement qu’il faut vacciner les enfants, car il y a un risque réel de contracter cette maladie. « Une fois vacciné, on réduit considérablement ce risque-là et les conséquences à long terme que peut avoir la maladie ». La deuxième raison c’est ce qui se passe dans les écoles, les classes fermées, etc. « On veut éviter les fermetures de classe et les éclosions qui font perdre des jours d'école aux enfants. » Enfin, la troisième raison est plus sentimentale. Il estime que la vaccination permettrait de rassurer un enfant qui aurait peur de transmettre la maladie à ses grands-parents. 

Le politique soutient qu’il comprend les craintes des parents. Cependant, il rappelle que Santé Canada a mené une étude avant d’approuver la vaccination des 5-11ans. « Ce n’est pas pour rien s'il est sorti après celui des adultes et des ados. Il y a eu beaucoup de tests à travers le monde et des ajustements de la dose. » Les enfants de cette tranche d’âge recevront environ le tiers d’une dose administrée à un adulte. 

Notons que le passeport vaccinal ne s’applique pas aux enfants de 11 ans et moins. 

Le gouvernement estime pouvoir offrir une première dose de vaccin contre la COVID-19 à chaque enfant âgé de 5 à 11 ans d’ici Noël. Par la suite, ils devront attendre, comme les autres, huit semaines pour recevoir leur deuxième dose.

Il n’y a pas d’objectif sur les taux de vaccination des enfants qui soit précis pour le moment, car le gouvernement ne veut pas mettre de pression sur les parents. « Il y a une plus grande hésitation des parents en ce qui concerne leurs enfants, mais il faut bien les  informer. Je pense qu’on atteindra des taux de vaccination acceptables au Québec. Au vu des 12-17ans, on peut être optimiste », de préciser le Dr Horacio Arruda.

Temps des Fêtes
D’ailleurs pour le temps des Fêtes, François Legault est confiant quant à la possibilité d'autoriser plus de personnes dans les maisons. Cependant, étant donné la hausse des cas qui a été remarquée ces derniers jours, il  se donne encore un peu de temps pour voir comment avance la situation. 

« On est confiant », a-t-il précisé. « Mais s’il vous plaît d'ici Noël, peut-on respecter les consignes ? Car si on ne respecte pas les consignes de base, on ne s'aide pas pour pouvoir assouplir. »

Justement, il a tenu à souligner la solidarité et l’assiduité des Québécois.e.s par rapport au respect des mesures sanitaires.

Le Dr Horacio Arruda, quant à lui, a appelé les citoyens qui ne sont pas encore vaccinés à prendre un rendez-vous pour leur première dose. « Faites-vous ce cadeau-là! ». Il y a environ 2 000 premières doses administrées chaque jour, tous âges confondus. 

Levée de l’état d’urgence au printemps ?
En ce qui concerne l’état d’urgence, le premier ministre François Legault a donné quelques explications sur le fait que ce soit encore en place au Québec. 

Cela permet au gouvernement de continuer à poser certains gestes qu'il ne pourrait pas faire en temps normal. Il parlait notamment du port du masque dans les classes par exemple, qui pourrait être enlevé selon l’évolution du taux de vaccination. Mais aussi du passeport vaccinal ainsi que des primes qui sont accordées au personnel de la santé.

« Moi le premier j'ai hâte d'arrêter l'urgence sanitaire, on pense que quand les enfants auront deux doses on pourra l'enlever, peut-être en février ou mars. » Cela, sous toute réserve bien entendu.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

Les Canadiens blâment Trump pour les événements du 6 janvier 2021, révèle un sondage

Un nouveau sondage révèle qu'un Canadien sur trois suit attentivement les audiences de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, aux États-Unis, et que près des trois quarts des Canadiens blâment le président Donald Trump pour ce qui s'est passé. Ce nouveau sondage Léger, mené en ligne en août ...

28 septembre 2022

Protection du français: le Bloc fera passer un «test» aux partis fédéraux

Les partis fédéraux passeront mercredi un «test de cohérence» lorsqu'ils voteront sur un projet de loi visant à mieux protéger la langue française, estime le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet. Les autres partis politiques sont «toujours prêts» à faire des énoncés de principes, a-t-il noté en entrevue avec La Presse Canadienne. Or, ...

27 septembre 2022

Fonctionnaires fédéraux: Ottawa a déposé de nouvelles offres

Le gouvernement fédéral vient de revoir à la hausse les augmentations de salaire qu'il offre aux fonctionnaires fédéraux, dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives. L'Alliance de la fonction publique du Canada, dont 120 000 membres sont concernés, a fait savoir que le gouvernement avait déposé de ...