X
Rechercher
Publicité

Dix-sept missions dans autant de pays

Pénurie de main-d'oeuvre: Québec accroîtra le recrutement à l'étranger

durée 14h00
25 avril 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Aux prises avec une importante pénurie de main−d’oeuvre, qui freine son élan économique, le Québec devra se tourner davantage vers l’étranger pour combler les besoins des entrepreneurs dans les années qui viennent. 

Un des moyens retenus pour répondre à la demande pressante des employeurs sera donc d’espérer recruter 3000 travailleurs provenant de différents pays dans l’année qui vient, un phénomène qui risque de s’accentuer au cours des prochaines années. C’est le double du nombre de recrues de l’an passé. 

L’annonce a été faite lundi, en conférence de presse à Québec, par le ministre de l’Emploi, Jean Boulet, qui est aussi ministre de l’Immigration.

Dans les prochains mois, Québec organisera donc 17 «Journées Québec», des missions de recrutement dans autant de pays, événements auxquels les employeurs intéressés pourront participer. 

La priorité sera donnée aux pays francophones ou francophiles, dont la France et le Maroc, notamment, ce qui devrait faciliter et accélérer l’intégration des recrues, et espère−t−on, leur rétention au Québec.

On misera en priorité sur les secteurs d’activité où les besoins sont les plus importants à court terme, comme les technologies de l’information, le génie, l’industrie de la construction, la santé et les services de garde. 

Mais on tentera aussi de ne pas négliger d’autres secteurs, comme l’hôtellerie et la restauration, grandement affectés par deux ans de pandémie, en termes de perte de personnel et de difficulté de recrutement.

La pénurie de main−d’oeuvre au Québec est «aiguë» dans tous les secteurs d’activité et dans toutes les régions, a convenu le ministre Boulet, qui anticipe d’ici 2030 pas moins de 1,4 million de postes vacants à combler. 

Dans ce contexte de rareté généralisée, «l’immigration est une des options à la disposition des entreprises», a−t−il dit, une option qui risque de prendre une importance croissante au fil des ans. 

Cependant, le gouvernement ne prévoit pas pour autant revoir à la hausse les seuils d’immigration du Québec, maintenus autour de 50 000 nouveaux arrivants annuellement.

L’initiative gouvernementale annoncée lundi est menée en collaboration avec Québec International, Montréal International et la Société de développement économique de Drummondville.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 14h00

Legault veut un «mandat fort» pour pouvoir rapatrier les pouvoirs en immigration

François Legault sollicitera un «mandat fort» lors de la prochaine campagne électorale afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration. Le premier ministre a mis de l’avant cette revendication mardi, lors d’un point de presse qu’il a tenu immédiatement après l’adoption du projet de loi 96 visant à protéger la ...

durée Hier 6h00

Ottawa donne le coup d'envoi à des consultations sur les langues officielles

Le gouvernement fédéral a lancé mardi les consultations publiques qui mèneront à l’élaboration du prochain plan d’action en matière de langues officielles devant s’échelonner de 2023 à 2028. La ministre de Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a qualifié ce futur plan de «principal véhicule de mise en œuvre» du projet de loi C−13 de ...

19 mai 2022

Financement des partis: le PQ coiffe de peu le PCQ

À moins de cinq mois des élections générales au Québec, la course au financement est serrée: le Parti québécois (PQ) vient de repasser devant le Parti conservateur (PCQ) d’Éric Duhaime. Traditionnellement champion du financement populaire, le PQ avait été déclassé ces derniers mois par la montée foudroyante du PCQ. Fin février, le PCQ avait ...