Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Assises annuelles de l’Union des municipalités du Québec

Legault aux maires: oui au droit de préemption et à l'expropriation

durée 06h00
13 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Pour aider les villes à mieux gérer la crise du logement, le premier ministre François Legault s’engage à légiférer rapidement dans le sens de les autoriser à se prévaloir du droit de préemption, une revendication du monde municipal. 

Dans un éventuel deuxième mandat, il s’engage aussi à faciliter par voie législative le processus d’expropriation entrepris par les municipalités.

«On va vous donner un droit de préemption sur les terrains dans vos municipalités», et ce , d’ici la fin de la présente session, a−t−il promis jeudi. Mais il devra bouger très rapidement pour atteindre cet objectif car il ne reste que trois semaines de travaux avant l’ajournement du 10 juin.

Dans son allocution prononcée devant quelques centaines de maires réunis à Québec pour les assises annuelles de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), le premier ministre a plaidé pour la densification des villes, se prononçant du même coup en faveur de limites à imposer à l’étalement urbain.

«C’est une priorité de densifier nos villes», a soutenu le premier ministre, ajoutant qu’il fallait «limiter l’étalement urbain», un discours qui tranchait avec celui tenu il y a quelques jours par le ministre des Transports, François Bonnardel, qui prétendait que la densification n’était qu’une «mode» passagère.

Pour aller dans le sens de la densification des villes, il faudra prioriser la décontamination des terrains, a précisé M. Legault. C’est «la façon de faire ça», a−t−il fait valoir.

Une des principales revendications du monde municipal, le droit de préemption permettrait aux élus municipaux d’acquérir le statut d’acheteur prioritaire au moment d’une vente immobilière ou de la vente d’un terrain, accroissant d’autant la possibilité de favoriser les projets d’habitation, dont la construction de logements sociaux. Actuellement, seule la ville de Montréal bénéficie du droit de préemption.

Depuis des mois, la crise du logement, surtout du logement abordable, fait partie des sujets chauds débattus à l’Assemblée nationale. Jeudi, faisant écho au discours tenu plus tôt par le premier ministre, l’opposition péquiste a déposé le projet de loi 994, visant précisément à donner aux municipalités un droit de préemption, en disant souhaiter que le gouvernement acceptera de s’en saisir, au lieu de rédiger sa propre législation. 

En parallèle, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, doit déposer dans les prochains jours la future politique gouvernementale en matière d’architecture et d’aménagement du territoire.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

Les Canadiens blâment Trump pour les événements du 6 janvier 2021, révèle un sondage

Un nouveau sondage révèle qu'un Canadien sur trois suit attentivement les audiences de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, aux États-Unis, et que près des trois quarts des Canadiens blâment le président Donald Trump pour ce qui s'est passé. Ce nouveau sondage Léger, mené en ligne en août ...

28 septembre 2022

Protection du français: le Bloc fera passer un «test» aux partis fédéraux

Les partis fédéraux passeront mercredi un «test de cohérence» lorsqu'ils voteront sur un projet de loi visant à mieux protéger la langue française, estime le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet. Les autres partis politiques sont «toujours prêts» à faire des énoncés de principes, a-t-il noté en entrevue avec La Presse Canadienne. Or, ...

27 septembre 2022

Fonctionnaires fédéraux: Ottawa a déposé de nouvelles offres

Le gouvernement fédéral vient de revoir à la hausse les augmentations de salaire qu'il offre aux fonctionnaires fédéraux, dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives. L'Alliance de la fonction publique du Canada, dont 120 000 membres sont concernés, a fait savoir que le gouvernement avait déposé de ...