Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Gouvernement fédéral

L'allocation pour enfant aurait coûté 1,1 milliard $ de plus sans la PCU

durée 14h00
9 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le Bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) estime que le programme de l’Allocation canadienne pour enfant coûterait 1,1 milliard $ de plus que prévu au cours des exercices financiers 2021 à 2024 si les prestations liées à la pandémie n’avaient pas été versées aux familles qui en bénéficient et si le programme de l’assurance−emploi n’avait pas été interrompu en raison de la COVID−19.

Un nouveau rapport du DPB, publié mercredi, se penche sur l’impact qu’ont eu la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et les trois prestations canadiennes de relance économique (PCRE) sur le programme de l’Allocation canadienne pour enfant (ACE).

Parmi les observations notées dans le rapport, le DPB souligne que les familles ayant subi une réduction de leur allocation pour enfant n’ont pas été larguées puisqu’elles ont pu toucher des prestations liées à la pandémie.

La PCU a versé 74,1 milliards $ en aide financière à 8,9 millions de demandeurs ayant perdu leur emploi ou subi des pertes de revenus en raison de la pandémie entre le 15 mars et le 3 octobre 2020.

Au cours des premiers mois de la pandémie, certains parents ont été étonnés de constater que le montant de leur ACE avait été réduit après qu’ils eurent touché des prestations d’aide d’urgence.

Cette situation s’explique par le fait que les paiements de PCU et autres prestations étaient inclus dans le calcul du revenu pour déterminer le montant versé en allocation pour enfant. Plus le revenu augmente, plus l’allocation diminue.

«Par conséquent, certaines des familles qui ont bénéficié à la fois de l’ACE et des prestations d’urgence, ont pu voir leurs prestations de l’ACE diminuer par rapport à l’année précédente, car les prestations d’urgence ont peut−être surcompensé les pertes de revenus», peut−on lire dans le rapport du vérificateur indépendant.

«Il est important de noter que les familles dont les paiements au titre de l’ACE ont été "réduits" n’ont pas vu leur situation se détériorer parce qu’elles ont reçu des prestations liées à la pandémie», ajoute−t−on plus loin.

En fin de compte, si on excluait les prestations d’urgence du calcul du revenu des familles, on assisterait à une augmentation des paiements de l’ACE pour tous les bénéficiaires de ces prestations.

−−−
Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 17h00

Le Québec veut une immigration 100 % francophone ou francotrope

Le Québec voudra sélectionner à l'avenir une immigration 100 % francophone ou francotrope, a précisé mercredi la ministre de l'Immigration, Christine Fréchette. Les francotropes peuvent avoir comme langue maternelle l'arabe, le vietnamien, le laotien, le créole, le catalan, le portugais, le roumain, l'espagnol ou le swahili. Selon la ...

durée Hier 15h00

Le ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, va maintenir l'école à trois vitesses

Le nouveau ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, accepte l'école à trois vitesses. Il continuera de financer le privé, le public sélectif et le public régulier. Le mouvement École ensemble dénonce depuis des années l'écrémage des élèves fait par le privé et certaines écoles publiques au détriment du public régulier. En mêlée de presse à ...

durée Hier 10h00

Discours inaugural: Legault veut s'attaquer au déclin du français

Le premier ministre François Legault mise sur un meilleur contrôle de l'immigration pour freiner le déclin du français à Montréal, une situation qu'il qualifie de «dramatique». Son objectif serait d'accueillir au Québec une immigration 100 % francophone, d'ici 2026. «C'est ça qu'on doit viser», en ce qui a trait aux immigrants de la catégorie ...