Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Enquête pour le compte de l'Association d'études canadiennes

Les Canadiens blâment Trump pour les événements du 6 janvier 2021, révèle un sondage

durée 11h00
29 septembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un nouveau sondage révèle qu'un Canadien sur trois suit attentivement les audiences de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, aux États-Unis, et que près des trois quarts des Canadiens blâment le président Donald Trump pour ce qui s'est passé.

Ce nouveau sondage Léger, mené en ligne en août pour le compte de l'Association d'études canadiennes, indique que 37 % des répondants canadiens et 44 % des participants américains suivent de près les audiences de la commission.

Un peu plus de la moitié des répondants américains, 54 %, ont affirmé que l'ancien président était responsable de l'assaut, tandis que ce taux a atteint 72 % chez les participants canadiens.

Le comité spécial qui se penche sur les événements survenus au Capitole le 6 janvier 2021 tiendra sa prochaine audience mercredi, soit la dernière avant les élections de mi-mandat américaines, prévues en novembre.

Le sondage Léger a été mené auprès de 1509 répondants au Canada et de 1002 aux États-Unis peu après l'audience du mois de juillet. Aucune marge d'erreur ne lui est attribuée, puisque les échantillons en ligne ne sont pas aléatoires.

Le rapport final sur les conclusions de la commission est attendu avant la fin de l'année, mais il ne sera peut-être pas publié avant le jour des élections de mi-mandat, le 8 novembre. 

Selon le président et directeur général de l’Association d’études canadiennes, Jack Jedwab, le niveau d'intérêt des Canadiens pour les audiences est probablement lié à une fascination pour le président Trump et son héritage qui continue de faire jaser, même après son départ de la Maison-Blanche.

L'ancien président a laissé «un mauvais souvenir chez la plupart des Canadiens», qui, dans l'ensemble, n'étaient pas favorables à sa présidence ou à son impact sur les relations canado-américaines, a souligné M. Jedwab.

«M. Trump est perçu comme quelqu'un qui a envenimé les relations entre les deux pays et fait toujours l'objet d'une méfiance considérable.»

Le sondage, qui a été réalisé avant que Pierre Poilievre ne devienne chef du Parti conservateur, a également présenté les réponses des participants canadiens en fonction de leur allégeance en politique fédérale.

Seuls les partisans du Parti populaire du Canada, formation de droite dirigée par Maxime Bernier, ont dit en majorité — 57 % — vouloir que M. Trump se présente à nouveau à la présidence en 2024.

Chez les conservateurs, 28 % ont dit qu'ils soutiendraient un retour de M. Trump. Toutefois, l'opposition à une candidature de M. Trump avoisine les 90 % chez les partisans des libéraux, des néo-démocrates et des verts, et atteint 95 % chez les partisans du Bloc québécois.

James McCarten, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 décembre 2022

Les députés du PQ n'ont pu entrer au Salon bleu aujourd'hui

Les trois députés du Parti québécois (PQ) n'ont pas pu entrer au Salon bleu jeudi matin, à l'Assemblée nationale. La sergente d'armes de l'Assemblée nationale leur a bloqué l'accès parce qu'ils n'avaient pas prêté serment au roi Charles III. Entre-temps, la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale, Nathalie Roy, faisait une mise au point ...

30 novembre 2022

Le Québec veut une immigration 100 % francophone ou francotrope

Le Québec voudra sélectionner à l'avenir une immigration 100 % francophone ou francotrope, a précisé mercredi la ministre de l'Immigration, Christine Fréchette. Les francotropes peuvent avoir comme langue maternelle l'arabe, le vietnamien, le laotien, le créole, le catalan, le portugais, le roumain, l'espagnol ou le swahili. Selon la ...

30 novembre 2022

Le ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, va maintenir l'école à trois vitesses

Le nouveau ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, accepte l'école à trois vitesses. Il continuera de financer le privé, le public sélectif et le public régulier. Le mouvement École ensemble dénonce depuis des années l'écrémage des élèves fait par le privé et certaines écoles publiques au détriment du public régulier. En mêlée de presse à ...