Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse du Dr Boileau

La vaccination et le port du masque restent les meilleurs moyens de combattre la pandémie

durée 16h00
23 février 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

En conférence de presse aujourd’hui, le directeur national de santé publique du Québec par intérim, Luc Boileau, a longuement insisté sur l’importance de porter le masque et de se faire vacciner afin de venir à bout de la pandémie de COVID-19.

Les dernières données sur l’évolution du variant Omicron dans la province indiquent que la situation « s'améliore, mais elle n’est pas réglée. » Tout semble s’en aller dans le bon sens, mais la province n’est pas à l'abri d’une prochaine vague portée par un nouveau variant. Même si la Santé publique estime que ce scénario n’arrivera pas au cours des prochaines semaines, mais peut-être plutôt dans plusieurs mois, il faut rester vigilant. 

« Nous sommes un peu préoccupés par le sous-variant BA-2, car il est plus contagieux, mais il n'est pas plus dangereux », a précisé le Dr Boileau. Il semblerait qu’environ 3% des cas de COVID-19 au Québec se rapportent à BA-2.

Sous les recommandations de la Santé publique, le gouvernement se concentre présentement sur les élèves de primaires et de secondaires. La vaccination va bon train de ce côté-là, surtout pour les adolescents. Notons aussi que le port du masque sera bientôt supprimé, dès le 7 mars, dans les classes lorsque les élèves sont assis.

Dans les milieux de travail
Par ailleurs, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé ce matin des ajustements de certaines mesures sanitaires dans les milieux de travail, qui entreront en vigueur le lundi 28 février prochain.

À partir de cette date, voilà ce qui changera :

• Le télétravail n’est plus obligatoire; le retour progressif est possible en mode hybride.

• Le port du masque de qualité en continu n’est plus obligatoire s’il y a une distanciation physique (2 m) ou la présence de barrières physiques. Toutefois, le port du masque de qualité demeure nécessaire dans les aires de circulation.

• La capacité peut aller jusqu’à 100 % dans les transports. Le port du masque de qualité en continu est toujours requis. La consommation de nourriture et de boissons est limitée, mais non recommandée.

• Aucune distanciation physique ni barrière physique ne sont requises durant la consommation de nourriture dans les salles à manger et les salles de repos; le port du masque de qualité est requis lorsqu’il n’y a pas de consommation de nourriture.

Notons que les mesures suivantes demeurent obligatoires en tout temps : l’exclusion des personnes symptomatiques, l’hygiène des mains, l’étiquette respiratoire, le nettoyage et la désinfection des surfaces (ex. : salles des toilettes) selon les exigences réglementaires applicables, de même que le nettoyage à chaque quart de travail des surfaces hautement touchées.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 12h00

Christian Dubé lance un appel aux infirmières pour venir en aide

La situation dans le système de santé au Québec «va continuer d’être difficile» au cours des prochaines semaines, a prévenu jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé.  Il lance un appel aux infirmières afin qu’elles viennent prêter main−forte au service Info−Santé. Très populaire, la ligne 8−1−1 a reçu pas moins de 10 000 appels dans la ...

1 décembre 2022

Prestation dentaire canadienne: les demandes reçues dès aujourd'hui

Les parents peuvent déposer dès aujourd'hui une demande de Prestation dentaire canadienne afin d'offrir des soins de dentiste à leurs enfants. Cette mesure vise à alléger en partie l'augmentation du coût de la vie pour les Canadiens à revenu modeste. Ce programme est offert aux enfants de moins de 12 ans dont le foyer a gagné moins de 90 000 $ en ...

30 novembre 2022

Près de 5000 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada

Le rapport Espèces sauvages 2020 publié mardi par le gouvernement fédéral indique que 4883 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada. La première étape afin de prévenir la disparition d’espèces est d’identifier celles qui existent, où elles se retrouvent et quel est leur statut. C'est ce que fait le Canada depuis ...