Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Association médicale canadienne

Épuisement: des travailleurs de la santé demandent une transformation du système

durée 16h00
10 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Les systèmes de santé du Canada ont besoin d’une intervention importante des gouvernements fédéral et provinciaux s’il y a le moindre espoir de les relancer après la pandémie, a conclu mercredi un sommet d’urgence de près de 40 organisations de travailleurs de la santé.

Les travailleurs de la santé ont maintenant enduré deux années difficiles de conditions pandémiques, entraînant un épuisement professionnel grave dans presque tous les secteurs du système de santé.

«La véritable expérience partagée entre les travailleurs et les professionnels de la santé est que le niveau d’épuisement professionnel est à un point où il commence vraiment à menacer la viabilité du système», a déclaré la présidente de l’Association médicale canadienne (AMC), la Dre Katharine Smart.

Le sommet, organisé par l’Association médicale canadienne et l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, visait à tracer une nouvelle voie pour les soins de santé face à l’attrition généralisée.

Les travailleurs des services personnels et les infirmières ont fait face à des collègues quittant leur emploi en masse ou prenant leur retraite tôt, et l’AMC affirme que des médecins signalent qu’ils prévoient travailler moins d’heures pour faire face à la fatigue.

Alors que le reste du pays commence à parler de la possibilité d’une reprise post−pandémique, des travailleurs de la santé soulignent que, pour eux, il n’y a pas de fin en vue. Maintenant que les cas de COVID−19 ont chuté, ils doivent encore s’attaquer aux graves retards qui ont augmenté alors que les soins non urgents étaient suspendus pendant les pics des vagues pandémiques.

L’AMC affirme que les hôpitaux sont toujours en surcapacité, même si moins de patients atteints de COVID−19 ont besoin de soins hospitaliers. C’est parce que les lits se remplissent de personnes qui n’ont pas pu se faire soigner pendant la pandémie, a−t−elle noté.

Les gouvernements provinciaux ont reconnu le problème et ont demandé plus d’argent au gouvernement fédéral pour suivre le rythme des demandes croissantes sur leurs systèmes.

Alors que les organisations de santé semblent convenir qu’un financement à plus long terme est nécessaire, elles disent également que l’argent seul ne peut que panser le problème.

«Vous ne faites que financer sans fin un système qui est brisé», a déclaré la Dre Smart dans une entrevue après la réunion de mercredi.

Mme Smart estime que le système est maintenant tellement épuisé qu’il doit y avoir une plus grande unité entre les systèmes provinciaux pour que tout fonctionne.

C’est pourquoi les associations de travailleurs de la santé disent avoir appelé à un changement radical et à ce que le gouvernement fédéral assume un rôle plus important.

Bien que la santé soit de compétence provinciale, le sommet a convenu de la nécessité d’une stratégie nationale pour déterminer le type de professionnels qui manquent dans les systèmes de santé du Canada et combien sont nécessaires.

Les associations ont également lancé des appels pour l’octroi de licences nationales aux professionnels de la santé afin qu’ils puissent se déplacer d’une province à l’autre là où ils sont le plus essentiels.

Quant à la résolution du problème à long terme, Mme Smart croit que les gouvernements doivent repenser la manière dont les soins sont dispensés. Par exemple, l’accès aux soins primaires pourrait être amélioré en permettant aux médecins de travailler en équipes intégrées avec des spécialistes, a−t−elle déclaré. Ainsi, les patients dont les besoins sont de plus en plus complexes seraient mieux servis et le travail serait plus attrayant pour les médecins.

Le Comité de la santé de la Chambre des communes a déjà commencé à entendre des recommandations similaires dans le cadre de son étude sur la main−d’œuvre de la santé au Canada.

«Le statu quo n’est clairement plus une option. Ne pas agir maintenant entraînera des soins de moindre qualité, des temps d’attente plus longs et de moins bons résultats pour la santé», a déclaré le président de SoinsSantéCan, Paul−Émile Cloutier, au comité en février.

SoinsSantéCan est une association d’organismes de soins de santé et d’hôpitaux canadiens.

Les gouvernements ont été réceptifs aux idées et désireux de tenir des comités et des réunions, mais jusqu’à présent, aucune mesure substantielle n’a été mise en place, a noté la Dre Smart.

Elle a dit qu’elle se tournera avec espoir vers le budget fédéral ce printemps pour des signes de mouvement.

«Je pense que la pire chose qui puisse arriver est que les professionnels de la santé perdent espoir que le gouvernement va vraiment travailler à nos côtés pour transformer le système, car je pense que lorsque cela se produira, c’est à ce moment−là que vous verrez encore plus d’attrition», estime Mme Smart.

«Je pense également que nous devons être honnêtes sur le fait que si nous ne commençons pas à voir certains de ces changements se produire, notre système de santé est profondément menacé.»

Laura Osman, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 septembre 2022

Le nombre d’arrivées internationales au pays a augmenté en juillet

Le nombre d’arrivées internationales au Canada a augmenté en juillet dernier, mais il n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie, indique Statistique Canada. L’agence indique que 11 fois plus de voyages au Canada ont été effectués par des résidents américains en juillet comparativement à juillet de l’an dernier. Mais ce bilan ...

15 septembre 2022

Le Québec aura un jour de deuil pour les funérailles de la reine, mais pas férié

Le gouvernement du Québec a confirmé mercredi soir, avec l'adoption d'un décret, que lundi prochain sera un jour de deuil à l'occasion des funérailles d'État de la reine Élisabeth II, mais qu'il ne sera pas férié comme pour les fonctionnaires fédéraux. Par voie de communiqué mercredi soir, le gouvernement a indiqué que cette journée de deuil se ...

8 septembre 2022

Littératie au Québec: malgré des compétences en progression, des carences persistent

La compétence en littératie s’est améliorée depuis dix ans au Québec, mais les personnes qui ont des carences en la matière subissent des conséquences néfastes sur leur bien-être et nuisent au potentiel de croissance sociale et économique de l'ensemble de la société québécoise. Une nouvelle étude dévoilée jeudi par la Fondation pour ...