Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour ne jamais oublier

À l'approche du Jour du Souvenir, le défi de garder vivante l'histoire des vétérans

durée 12h00
10 novembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

La période du jour du Souvenir est difficile pour les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale comme Hank Jackson, qui fêtera ses 103 ans en janvier.

«C'est le seul moment où l'on s'arrête vraiment et où on pense à tous ces pauvres bougres qui n'ont pas survécu», a déclaré M. Jackson, un ancien mitrailleur de queue d'un bombardier Halifax.

M. Jackson a effectué 32 missions de combat depuis le Royaume-Uni. Tous les membres de son équipage ont reçu des Distinguished Flying Crosses des forces armées des États-Unis.

«Ils ont tous disparu. Mon père et mon frère étaient tous deux dans l'armée outre-mer — mon père pendant la Première Guerre mondiale — et nous sommes tous les trois revenus. Nous avons donc fait au-dessus de la moyenne. Nous devons nous souvenir de beaucoup de ces gars-là. Ce n'est pas le cas», renchérit le vétéran.

Bill Cook, âgé de 98 ans et également mitrailleur de queue pendant la Seconde Guerre mondiale, a effectué une douzaine de missions au-dessus de l'Europe.

«Tout mon équipage est décédé. Cela me hante toujours», confie-t-il.

Plus d'un million de Canadiens ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus de 45 000 personnes sont mortes et 55 000 autres ont été blessées. 33 000 autres personnes ont combattu pendant la guerre de Corée.

«Porter le flambeau»

Anciens Combattants Canada affirme qu'il y a 9267 anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée qui sont encore en vie au Canada.

Mais à mesure que des anciens combattants meurent, les historiens militaires s’inquiètent de garder leur histoire vivante dans l’esprit des Canadiens.

Le personnel des musées militaires de Calgary, qui abrite huit musées distincts, a sondé un grand nombre d'anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, en nombre décroissant.

«C'est toujours une perte énorme lorsque nous perdons la voix de nos anciens combattants», a déclaré le conservateur principal des musées, Rory Cory.

«C'est pourquoi il est important pour nous, en tant que musée et en tant qu'éducateurs et historiens en général, d'essayer de maintenir l'intérêt du public pour ce genre de choses. C'est aux prochaines générations de porter le flambeau», a-t-il ajouté.

M. Cory a déclaré que l'organisation avait trouvé des moyens d'introduire davantage d'histoire de la guerre dans les salles de classe de Calgary. Il existe un programme appelé «Menaces explosives lié à l'exploitation minière, au déminage et au maintien de la paix». Et il y en a un autre appelé «Explosive Math», qui permet aux élèves d'effectuer des calculs mathématiques pour tracer la chute d'un obus d'artillerie.

Manque d'éducation

Karl Kjarsgaard, conservateur du Musée du Bomber Command du Canada à Nanton, en Alberta, se dit déçu du peu d'informations que les élèves apprennent à l'école sur la contribution du Canada à la Seconde Guerre mondiale.

«Pourquoi les enfants devraient-ils venir dans notre musée et apprendre que le Canada était présent pendant la Seconde Guerre mondiale? Je crains que les Canadiens ne soient pas informés de l'excellence de messieurs comme ces hommes qui ont fait de leur mieux pour nous donner notre liberté», a-t-il déploré.

La participation du Canada à la Seconde Guerre mondiale est enseignée dans les écoles, mais elle se concentre souvent sur les conflits internationaux et leurs causes profondes plutôt que sur des batailles et des exploits spécifiques.

En Colombie-Britannique, par exemple, le ministère provincial de l'Éducation affirme que les études sociales en 10e année (4e secondaire) couvrent l'histoire du Canada et du monde de 1914 à nos jours et exigent que tous les élèves apprennent «les conflits internationaux et la coopération», les guerres mondiales étant un sujet proposé.

Jackie Jansen van Doorn, directrice exécutive de la Fondation des musées militaires, a déclaré que les histoires provenant d'une source sont essentielles à l'éducation de la jeune génération.

«Avoir quelqu'un qui a vécu une guerre et raconter son expérience directe est quelque chose qui crée vraiment des souvenirs pour les étudiants qui franchissent nos portes», a-t-elle déclaré.

«Le volet éducation est tout simplement énorme, et la perte de ces anciens combattants a un impact sur la façon dont la prochaine génération se souvient des choses», a-t-elle ajouté.

Souvenirs

Bill Cook se souvenait très bien de la première fois où il avait participé à un échange de tirs.

«L'instructeur disait: "Vous ne tirez pas tant que vous n'avez pas vu le blanc de leurs yeux." Ce Focke-Wulf (avion de chasse allemand) arrivait par la queue et j'étais assis là à attendre qu'il se rapproche, et tout d'un coup, il a tiré et a touché la dérive», a déclaré M. Cook.

«J'avais tellement peur que je ne savais pas dans quelle direction me tourner. Après cela, j'ai pensé au diable le culte des héros. Lorsqu'un combattant arrivait et qu'il se trouvait à 400 ou 500 mètres, je tirais une explosion pour lui faire savoir que je le voyais et il s'en allait généralement.»

M. Jackson ne se souvient pas de beaucoup de missions, mais il se souvient avoir affronté sa propre mortalité.

M. Jackson a déclaré qu'il a partagé certaines de ses expériences avec des jeunes venus lui rendre visite, mais il comprend également pourquoi certains ne sont pas au courant de ce qui s'est produit dans le passé. Il se peut qu'aucun membre de leur famille n'ait servi.

Bill Graveland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La prochaine saison des feux de forêt pourrait être pire que l'an dernier

Les ministres provinciaux, territoriaux et fédéraux chargés des interventions d'urgence ont conclu deux jours de réunions à Ottawa. Cela comprenait des discussions sur la prochaine saison des feux de forêt, qui commence déjà tôt en Alberta. Le ministre fédéral de la Protection civile, Harjit Sajjan, a déclaré que les incendies de forêt de ...

20 février 2024

Les 55 ans et plus occupent maintenant plus d'un million d'emplois au Québec

Les personnes âgées de 55 ans et plus viennent de dépasser le cap du million d'emplois au Québec. En 2023, elles occupaient 1 000 500 emplois comparativement à 961 000 en 2022, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans son Bilan annuel du marché du travail pour 2023. Ces travailleurs âgés de 55 ans et plus occupent ...

20 février 2024

Bilan 2023 au Québec: taux d'emploi et taux d'activité inégalés pour les femmes

Les taux d'activité et d'emploi des femmes au Québec ont atteint en 2023 le niveau le plus élevé depuis que ces statistiques sont compilées, soit depuis 1976, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec.  L'ISQ, qui vient de publier son Bilan annuel du marché du travail pour 2023, précise en effet que le taux d'emploi des femmes, ...