Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Selon une analyse récemment publiée

L'hypertrucage demeure une «menace persistante» à la sécurité publique

durée 18h00
13 décembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Les extrémistes violents qui n'ont pas les moyens de mener une attaque au Canada pourraient compenser en perpétrant des canulars à l'aide de l'intelligence artificielle, selon une analyse récemment publiée.

Le rapport de mai du Centre intégré d'évaluation du terrorisme fédéral, obtenu grâce à la Loi sur l'accès à l'information, prévient qu'une telle supercherie visuelle, connue sous le nom d'hypertrucage («deepfake») constitue «une menace persistante pour la sécurité publique».

Le centre a entamé ce rapport après l'apparition, le 22 mai, d'une image sur les réseaux sociaux montrant une fumée noire près du Pentagone américain, provoquant une baisse temporaire des actions. Les autorités ont confirmé qu'il n'y avait pas d'urgence.

Les images synthétiques, la vidéo et l’audio sont de plus en plus faciles à générer grâce à des applications pilotées par l’intelligence artificielle, permettant aux gens de diffuser de fausses informations et de semer la confusion.

Le centre, qui emploie des membres de la communauté de la sécurité et du renseignement, prédit que certains acteurs menaçants créeront «presque certainement» de fausses images concernant le Canada au cours de l'année à venir, compte tenu des outils disponibles et de la prévalence de la désinformation.

Le Mécanisme de réponse rapide du Canada (MRR), une unité fédérale qui surveille la manipulation étrangère de l'information et l'ingérence, a récemment souligné un tel épisode, affirmant qu'il provenait probablement du gouvernement chinois.

L'intervention étrangère, qui commencé en août, a utilisé un réseau de comptes de médias sociaux nouveaux ou piratés pour publier des commentaires et des vidéos remettant en question les normes politiques et éthiques de divers députés, en utilisant une personnalité populaire de langue chinoise au Canada, a déclaré MRR Canada. 

Des impacts réels

L’analyse du Centre intégré d'évaluation du terrorisme indique que les extrémistes pourraient utiliser les hypertrucages pour prôner la violence, promouvoir des récits précis, provoquer la panique, ternir les réputations et éroder la confiance envers le gouvernement et les institutions sociétales.

«Les canulars fournissent aux extrémistes violents une technique efficace pour perturber la vie quotidienne ou pour intimider des groupes ou des individus ciblés, notamment en détournant potentiellement les ressources de sécurité de leurs tâches habituelles», peut-on lire dans le rapport.

«La poursuite des canulars hypertruqués pourrait entraîner un environnement concurrentiel entre les acteurs de la menace, dans lequel l'objectif est de provoquer des impacts croissants dans le monde réel, tels que des dommages économiques.»

Les extrémistes violents dotés de «capacités limitées» sont plus susceptibles de recourir à des canulars que les acteurs capables de mener «des actions plus directes», conclut le rapport.

«Les médias hypertruqués rendront plus difficile aux autorités de réagir, de prioriser et d'enquêter sur les menaces extrémistes violentes.»

En mai, le Service canadien du renseignement de sécurité a invité des experts et des praticiens de la sécurité à un atelier pour explorer les menaces posées par ces technologies de désinformation.

Une menace «sans précédent»

Un rapport qui en a résulté, basé sur des documents présentés lors de l'événement, a déclaré que les organisations terroristes «reconnaissent sûrement» le potentiel du recours aux hypertrucages dans la diffusion de la propagande et la coordination des attaques.

«Le spectre imminent des hypertrucages présente une menace sans précédent pour la sécurité nationale. L'évolution et la prolifération rapides de cette technologie n'exigent rien de moins qu'une réponse résolue et globale», indique le rapport.

Les démocraties doivent investir dans des technologies de pointe de détection des hypertrucages capables de démasquer les imposteurs numériques, ainsi que de criminaliser la création et la diffusion d'hypertrucage, ajoute-t-il.

Cependant, la bataille contre les hypertrucages ne peut être gagnée uniquement grâce à la technologie et à la législation, prévient le rapport.

«Les citoyens doivent être dotés du pouvoir de la pensée critique et de l'éducation aux médias, leur permettant ainsi de discerner la vérité de la fabrication. En favorisant une société professionnellement sceptique, informée et résiliente, les gouvernements peuvent construire un bouclier contre les effets corrosifs des hypertrucages», souligne-t-on.

Pourtant, cette tâche pourrait encore s’avérer difficile.

Ce mois-ci, le Centre canadien pour la cybersécurité a souligné dans un rapport sur les menaces contre les institutions démocratiques que «la capacité de générer des hypertrucages dépasse notre capacité à les détecter».

«Les modèles de détection actuellement accessibles au public ont du mal à faire la distinction de manière fiable entre les hypertrucages et le contenu réel.»

Jim Bronskill, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


20 février 2024

Les 55 ans et plus occupent maintenant plus d'un million d'emplois au Québec

Les personnes âgées de 55 ans et plus viennent de dépasser le cap du million d'emplois au Québec. En 2023, elles occupaient 1 000 500 emplois comparativement à 961 000 en 2022, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans son Bilan annuel du marché du travail pour 2023. Ces travailleurs âgés de 55 ans et plus occupent ...

20 février 2024

Bilan 2023 au Québec: taux d'emploi et taux d'activité inégalés pour les femmes

Les taux d'activité et d'emploi des femmes au Québec ont atteint en 2023 le niveau le plus élevé depuis que ces statistiques sont compilées, soit depuis 1976, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec.  L'ISQ, qui vient de publier son Bilan annuel du marché du travail pour 2023, précise en effet que le taux d'emploi des femmes, ...

20 février 2024

Rappel du vaporisateur nasal APO-Mometasone

La société pharmaceutique Apotex rappelle deux lots d'un vaporisateur nasal sur ordonnance en raison d'une possible contamination bactérienne. Le vaporisateur nasal APO-Mometasone est prescrit pour les symptômes d'allergies nasales chez les enfants, pour la sinusite chez les patients âgés de 12 ans et plus et pour les polypes nasaux chez les ...