Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Office québécois de la langue française (OQLF)

L'utilisation exclusive du français au travail a connu une baisse au Québec

durée 15h00
7 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La proportion de Québécois qui utilisent majoritairement le français au travail est restée stable ces dernières années dans la province, selon les plus récentes données de l'Office québécois de la langue française (OQLF), mais les travailleurs sont de plus en plus nombreux à devoir incorporer l'anglais à leur quotidien.

Dans l'édition 2023 de son rapport sur la Langue de travail au Québec, publiée jeudi, l'OQLF révèle que 66 % des travailleurs adultes utilisent le français au moins 90 % du temps dans le cadre de leur emploi, soit une proportion similaire à celles des études de 2016 (67 %) et de 2010 (66 %).

Toutefois, même si «le français a toujours sa place sur le marché du travail québécois», l'OQLF note que «les travailleuses et travailleurs du Québec l’accompagnent de plus en plus de l’anglais dans le cadre de leurs fonctions».

Cela fait en sorte que la proportion de Québécois qui utilisent exclusivement le français au travail est passée de 39,5 % en 2016 à 32,2 % en 2023.

Chez les 18 à 34 ans, seuls 22,3 % des travailleurs utilisent exclusivement le français dans le cadre de leur emploi.

Lorsque les répondants à l'étude de l'OQLF ont été questionnés sur les raisons qui les poussent à utiliser une autre langue que le français au travail, 30,6 % ont répondu qu'ils doivent le faire principalement pour servir une clientèle, communiquer avec des personnes ou consulter des documents de l’extérieur du Québec, tandis que 29,3 % d'entre eux ont dit devoir le faire pour servir une clientèle québécoise parlant une autre langue.

Mathieu Paquette, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


19 avril 2024

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...