Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sondage Léger

Plusieurs francophones quitteraient un commerce s’ils ne sont pas servis en français

durée 18h00
22 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les commerçants pourraient perdre un important bassin de consommateurs s’ils ne sont pas en mesure de servir leurs clients en français, selon un sondage Léger.

L’accueil, l’affichage et le service en français représentent le deuxième critère le plus important pour les consommateurs francophones de la grande région de Montréal, derrière la compétitivité des prix, selon le sondage, dévoilé vendredi, réalisé en collaboration avec la firme Raymond Chabot Grant Thornton. 

L’étude démontre que 40 % des francophones renonceraient à leur achat s’ils ne se faisaient pas servir dans leur langue. Ils sont quatre sur cinq à se dire prêts à se déplacer 30 minutes pour des raisons linguistiques.

La place du français dans les commerces montréalais préoccupe également les francophones. Ils sont 68 % à dire que la situation s’est détériorée au cours des cinq dernières années. Près du tiers (30 %) des francophones choisissent d’éviter certains secteurs de la ville de crainte de ne pas être servis en français. 

Le sondage démontre également que quatre anglophones sur dix ignorent qu’il existe une obligation légale de commercer en français au Québec. Ce taux est de 4,5 sur 10 pour les allophones. 

Le sondage a été effectué en ligne au mois de mai auprès de 3012 répondants résidant dans la grande région de Montréal. La marge d'erreur de ne peut pas s'appliquer dans ce cas, puisque l'échantillon n'est pas aléatoire; mais Raymond Chabot Grant Thornton affirme que les résultats ont été pondérés pour être représentatifs de la population.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


19 avril 2024

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...