Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

« Nous sommes témoins des effets néfastes sur nos enfants. »

Hockey Québec demande un plan d’action pour le retour du sport associatif

durée 14h00
21 janvier 2022
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Hockey Québec demande au gouvernement Legault de travailler à la mise en place d’un plan d’action clair, avec un échéancier précis, pour un retour du sport associatif au Québec.

Dans un communiqué, l’organisme rappelle que le sport est une composante essentielle de la santé mentale, de la vie sociale et de l’équilibre des jeunes Québécois comme l’ont indiqué de nombreux spécialistes durant les derniers jours.

« Nos statistiques le démontrent clairement, écrit la direction de Hockey Québec. Cet arrêt a un effet néfaste sur notre jeunesse : enjeux de santé mentale, dépression, obésité, décrochage scolaire (sportif). La liste est longue. »

Rappelons que Hockey Québec avait pris les devants et avait suspendu tous ses matchs jusqu’au 9 janvier 2022, de manière préventive et afin de participer à l’effort collectif, le 21 décembre dernier.

Tout en se disant conscient de la situation dans laquelle tout le monde est plongé, Hockey Québec estime maintenant que le sport doit être priorisé dans la planification des prochaines étapes de déconfinement par la santé publique.

« Pour ce faire, nous sommes prêts à adapter notre protocole Hockey en temps de pandémie qui respecte le besoin de diminuer les risques de contamination tout en assurant la pratique sécuritaire de nos sports, affirme Jocelyn Thibault, directeur général de Hockey Québec. D’ailleurs, nous avons proposé plusieurs solutions à cet égard telles que le port d’un masque adapté et un retour progressif aux entraînements et aux matchs. »

M. Thibeault ajoute que depuis 2 ans, le sport a été en pause à plusieurs reprises, mais qu’il ne faut plus que ce soit le cas.

« Nous sommes témoins des effets néfastes sur nos enfants. Notre collaboration avec le ministère et la ministre déléguée aux sports est excellente. Cependant, nous avons bien entendu le premier ministre nous rappeler que la santé publique est celle qui fait les recommandations sur le sujet. Nous demandons donc à la Direction nationale de santé publique d’établir, dans les plus brefs délais, un plan d’action avec un échéancier clair pour nous assurer que le sport soit le prochain secteur à déconfiner. Les jeunes, les bénévoles et tous ceux qui gravitent autour de nos fédérations sont prêts à se mobiliser. La santé passe par le sport. »

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


15 février 2024

Québec conclut une entente-cadre qualifiée d'historique avec les Innus de Pessamit

Le gouvernement du Québec a signé une entente-cadre, jeudi, avec le Conseil des Innus de Pessamit concernant notamment le développement éolien. Cette entente qualifiée d'historique s'accompagne d'une enveloppe de 45 millions $ devant servir à «favoriser le développement économique et social» de la communauté innue située près de ...

8 février 2024

L'activité physique ne compense pas les méfaits des boissons sucrées sur le cœur

Même la pratique hebdomadaire recommandée de 150 minutes d’activité physique ne suffit pas à compenser les risques de maladies cardiovasculaires associés à la consommation de boissons sucrées, prévient une nouvelle étude menée par l'École de santé publique T. H. Chan de l'Université Harvard à laquelle a participé un chercheur de l'Université ...

5 février 2024

Bienvenue à l'ère du "cardio douillet"

La polarisation politique. Les luttes économiques. Les inégalités. Les changements climatiques. Les guerres. Dans un monde souvent meurtri, il est difficile de blâmer les gens de chercher des moyens de se calmer. Des couvertures lestées aux romans policiers «douillets», en passant par des restaurants entiers et des livres de cuisine basés sur les ...