Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une situation insoutenable pour les athlètes

Le Comité olympique canadien investit 10 millions $ dans le sport sécuritaire

durée 11h00
12 juin 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le Comité olympique canadien a investi 10 millions $ dans des initiatives de sport sécuritaire, citant un appel à l’action de la ministre des Sports du Canada, Pascale St−Onge. 

David Shoemaker, le président−directeur général et secrétaire général du Comité olympique canadien (COC), en a fait l’annonce lors de la séance annuelle de l’organisation, samedi.

«Les athlètes et les leaders du monde du sport sont d’avis que la situation actuelle de notre système est insoutenable, a indiqué Shoemaker, par voie de communiqué. Nous voulons tous un système sécuritaire et accessible qui produit également des résultats sur la scène mondiale. Pour y arriver, nous devons travailler en collaboration pour trouver et mettre en œuvre des solutions

La ministre St−Onge a affirmé qu’il y avait une crise du sport sécuritaire au Canada et qu’au cours des derniers mois, la gymnastique, la boxe, le bobsleigh et le skeleton ont écrit à Sport Canada pour demander des enquêtes indépendantes sur leur sport. 

«Nous devons engager l’ensemble de la communauté sportive dans nos efforts pour créer un environnement sportif canadien plus sécuritaire, a insisté St−Onge. Il s’agit d’un problème collectif qui nécessite une solution collective. Nous devons continuer à travailler ensemble et à bâtir sur ce qui a déjà été fait collectivement pour nous assurer que nos athlètes soient en mesure de s’épanouir dans un environnement sportif exempt d’abus, de harcèlement, de discrimination et de mauvais traitements.» 

Le COC a déclaré qu’il continuera à travailler avec les représentants des athlètes, les dirigeants des organisations nationales de sport, Sport Canada, l’Association canadienne des entraîneurs, le Bureau du commissaire à l’intégrité du sport et d’autres pour identifier les domaines d’investissement qui peuvent inclure la prévention, l’éducation et la gouvernance. 

«Il s’agit d’une annonce importante du COC et d’un pas encourageant dans la bonne direction pour l’ensemble du système sportif canadien, a mentionné Rosie MacLennan, double championne olympique de trampoline et présidente de la commission des athlètes du COC. Pour que les athlètes donnent le meilleur d’eux−mêmes, nous avons besoin d’un système sûr, équitable et qui place au centre la santé mentale et physique des athlètes.»

La séance annuelle de trois jours a réuni la direction, le conseil d’administration et les dirigeants des organisations nationales de sport du COC et a présenté une série de conversations sur le sport sécuritaire, selon les dires de l’organisation.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


24 octobre 2022

Activité physique des jeunes: le Canada à la traîne par rapport à plusieurs pays

Des comparaisons mondiales sur l'activité physique des enfants et des jeunes révèlent que le Canada continue d'accuser un retard par rapport à d'autres pays pour plusieurs indicateurs clés.  Les comparaisons réalisées dans 57 pays par 682 experts ont évalué dix indicateurs communs.  Le classement dévoilé par l'organisme Active Healthy Kids ...

31 août 2022

Une équipe de hockey professionnel féminin, la Force, voit le jour

Le Québec en entier aura une Force féminine sur la glace cet hiver. La Premier Hockey Federation (PHF) a dévoilé, mardi, à Montréal, le nom, le logo et le chandail de la nouvelle équipe féminine professionnelle de hockey, la Force, qui sera basée à Montréal, mais dont les matchs seront joués dans de nombreuses villes de la province. Pour sa ...

29 août 2022

Passeports, immigration et aéroports: les temps d'attente diminuent, soutient Ottawa

Les temps d'attente pour une foule de services gouvernementaux, y compris en matière de passeports, de documents d'immigration et de transport aérien, sont en baisse, ont assuré lundi de nombreux ministres fédéraux. Or, «personne ne devrait nous féliciter de faire notre travail» et il reste beaucoup à faire, si bien qu'il «ne faut pas s'imaginer ...