X
Rechercher
Publicité

Code d’éthique, présence des femmes et de jeunes

Gouvernance des sociétés d'État: Girard vise l'unanimité pour son projet de loi

durée 08h00
19 janvier 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le ministre des Finances Eric Girard a indiqué, mardi, qu’il aimerait que son projet de loi qui renforce la gouvernance des sociétés d’État soit adopté à l’unanimité, comme ce fut le cas pour le projet de loi précédent à ce sujet en 2006.

Mais déjà, des objections sont soulevées quant aux effets des dispositions sur le pourcentage de femmes au sein des conseils d’administration des sociétés d’État, ainsi que sur la composition du c.a. de la Commission de la construction.

C’était le début, mardi, des consultations particulières sur ce projet de loi, qui traite entre autres de transparence, de code d’éthique et de présence des femmes et de jeunes au sein des conseils d’administration des sociétés d’État.

D’emblée, la vérificatrice générale Guylaine Leclerc s’est inquiétée du fait que certains éléments touchant la gouvernance des sociétés d’État sont applicables uniquement aux filiales des sociétés d’État qui sont en propriété exclusive. Ainsi, des filiales dont une société d’État serait propriétaire à plus de 90 % seraient exclues de ces dispositions, a déploré la vérificatrice générale.

Sa remarque a intéressé le ministre Girard. «Je prends note de votre point. On va réfléchir à ça et on va le considérer», lui a répondu le ministre Girard.

Plus de femmes?
La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal a aussi réitéré le fait que la volonté d’amener la proportion de femmes au sein de ces conseils d’administration dans la zone paritaire de 40 à 60 % aura comme conséquence de faire «remercier» des femmes pour les remplacer par des hommes, dans les quelques cas où les femmes dépassent déjà ce seuil. Elle a cité les cas d’Hydro−Québec et de Bibliothèque et Archives nationales (BAnQ).

Pour Québec solidaire, «la parité c’est au moins 50 % de femmes», compte tenu de l’«absence historique des femmes sur les conseils d’administration», a plaidé la députée.

Commission de la construction
De même, les syndicats de la construction s’objectent au fait que la Commission de la construction soit considérée au même titre que les autres sociétés d’État, alors qu’elle a un mandat distinct: celui, entre autres, de gérer les conventions collectives dans l’industrie.

Ils tiennent donc au paritarisme employeurs−travailleurs au sein du conseil d’administration, alors que le projet de loi a pour effet d’y accroître le nombre de membres indépendants.

«Insérer un grand nombre d’administrateurs indépendants au conseil d’administration de la CCQ risque fort d’avoir un effet contre−productif, puisque ce ne seront plus les gens qui connaissent l’industrie à fond qui seront majoritaires au conseil d’administration. Au lieu d’être aux fins faits de l’évolution de l’industrie, on aura des adeptes bien intentionnés de la bonne gouvernance, mais rendus plus vulnérables aux influences extérieures», a opiné Carl Dufour, président de la CSD Construction.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 14h00

Rapport Kamel: «Il faut plus d'imputabilité», dit François Legault

Au lendemain de la publication d’un imposant rapport d’enquête de près de 200 pages sur l’hécatombe survenue dans les CHSLD au début de la pandémie, le premier ministre François Legault reconnaît «qu’il faut plus d’imputabilité d’en haut jusqu’en bas». C’est ce qu’a répondu le premier ministre lors d’une conférence de presse mardi à Laval, où il ...

17 mai 2022

Soins de longue durée : le rapport de la VG confirme le retard du Québec 

Les constats de la vérificatrice générale (VG), Guylaine Leclerc, sur les  soins et l’hébergement de longue durée confirment ce que le Réseau FADOQ dénonce depuis de  nombreuses années : le laxisme et l’inaction des différents gouvernements successifs font en sorte que  nous ne prenons pas convenablement soin des personnes aînées.  « Nous savions ...

13 mai 2022

Legault aux maires: oui au droit de préemption et à l'expropriation

Pour aider les villes à mieux gérer la crise du logement, le premier ministre François Legault s’engage à légiférer rapidement dans le sens de les autoriser à se prévaloir du droit de préemption, une revendication du monde municipal.  Dans un éventuel deuxième mandat, il s’engage aussi à faciliter par voie législative le processus d’expropriation ...