Publicité
22 octobre 2019 - 12:00

Consultation publiques en cours

Le conseil de l'environnement dévoile quelques recommandations sur la mobilité au Québec

Par Salle des nouvelles

Le Chantier sur le financement de la mobilité du gouvernement québécois est présentement en cours. Le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) exprime son point de vue et ses recommandations sur cette question dans un mémoire à venir.

Cette consultation du ministère des Transports du Québec (MTQ) est reliée à la Politique sur la mobilité durable 2030 et au plan d'action qui en découle. Le volet public de la consultation se terminera le 28 octobre. Comme organisme, entreprise ou citoyen, vous pouvez vous exprimer en envoyant votre propre mémoire ou en communiquant avec le MTQ par courriel : [email protected]gouv.qc.ca

Pour plus d'information sur le Chantier, consulter ce lien.


Voici les quelques recommandations du Conseil:

  • Soutenir financièrement les programmes de sensibilisation.
  • Choisir des modes de financement de la mobilité pérennes et prévisibles qui favorisent le changement de comportements, c’est-à-dire qui récompensent les comportements de mobilité durable et découragent ceux qui nuisent à son développement.


Transports de personnes
 

Enjeux généraux en transport collectif

  • Augmenter le financement du transport collectif et l’appliquer à toutes les régions du Québec, notamment par une taxe sur le carburant (ou autre outil financier).
  • Réduire significativement la part des investissements au PQI dévolue au réseau routier, notamment par un moratoire sur la construction de nouvelles routes, pour la rediriger vers le transport collectif.


Transport collectif régional
À prioriser :

  • Ajuster à la faible densité de la population en région le mode de financement du transport collectif.
  • Soutenir financièrement l’électrification des transports collectifs en région sous toutes ces facettes (achat de véhicules et bornes, infrastructures, formation, etc.)
  • Financer les infrastructures ferroviaires et maritimes afin de favoriser l’amélioration de la desserte tant au niveau ferroviaire (ex. Via-Rail) que maritime (un deuxième lien de traversier ouvert à l’année).


À envisager ensuite :

  • Financer des outils (applications, cartes à puce, etc.) relatifs aux nouvelles mobilités (autopartage, covoiturage, etc.) adaptés aux régions.


Transport adapté

  • Appuyer les démarches (concertation, etc.) en vue du virage vers la mobilité intégrée soit celle de joindre de façon complémentaire le transport collectif, adapté et scolaire.
  • Favoriser l’achat de véhicules de transport collectif permettant l’accessibilité universelle (plancher bas, rampe d’accès) afin de convertir progressivement la flotte en vue de l’implantation de la mobilité intégrée.


Transport actif

  • Assurer un financement accru, pérenne et stable afin de permettre aux municipalités d’agrandir le réseau de mobilité active (pédestre, cyclable, etc.) et de l’interconnecter au système de transport collectif, adapté et scolaire et aux infrastructures existantes.
  • Soutenir financièrement l’amélioration de l’environnement routier pour le rendre propice à la pratique du transport actif.


TRANSPORT DE MARCHANDISES
Routier

  • Appuyer les démarches de développement de l’intermodalité dans le transport de marchandises, soit la transition du transport de marchandises du routier vers le maritime et le ferroviaire, notamment par des incitatifs financiers.
  • Appliquer des mesures pour soutenir financièrement (ex. : fiscales) les entreprises à transiter vers de nouvelles technologies (ex. : véhicules électriques, biocarburant ou systèmes d’appoint fonctionnant à l’électricité plutôt qu’aux combustibles fossiles).


Maritime

  • Soutenir le développement d’une structure de gestion qui assurerait la coordination du transport maritime courte distance (vers Québec et Montréal, mais aussi le nord-est des États-Unis) afin d’optimiser l’intermodalité, et ce, dans le respect des bonnes pratiques de navigation pour la protection des mammifères marins.


Ferroviaire

  • Réinvestir pour mettre à niveau les infrastructures ferroviaires (ex. : réparations, ajout de voies de croisements) du Bas-Saint-Laurent afin qu’elles soient intégrées à l’intermodalité.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





GoRimouski.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, GoRimouski.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.