Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

COVID-19

Fin des tests PCR à la frontière : une décision qui redonne un élan à l’industrie touristique

durée 10h00
16 février 2022
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L'Alliance de l'industrie touristique du Québec souligne dans un communiqué qu’elle se réjouit de l'annonce du gouvernement fédéral de retirer à partir du 28 février l'exigence pour les voyageurs de passer un test PCR afin de revenir à un mode de dépistage aléatoire des voyageurs qui entrent au pays.

Même si ce test doit continuer d'être fait avant le départ, cet assouplissement répond aux demandes faites par l'industrie afin de simplifier la vie des voyageurs et d'assurer une relance durable du tourisme.

Afin de favoriser la fluidité des déplacements, l'Alliance estime que des mesures de contrôle claires, uniformisées et stables doivent être établies entre les provinces canadiennes et idéalement au sein des pays du G20.

La mise en place d'un test de dépistage rapide, simple et abordable demeure donc la voie à privilégier pour une première étape afin de simplifier la vie des voyageurs. La deuxième étape selon l’organisme, lorsqu'elle sera possible, sera de retirer toutes exigences pour les voyageurs pleinement vaccinés.

Visiteurs et recettes

Rappelons qu'en 2019, le Québec arrivait au deuxième rang parmi les provinces canadiennes pour le nombre de visiteurs et au troisième rang pour les recettes touristiques.

La part des touristes provenant des marchés hors Québec représentait 24 % du volume total et permettait d'enregistrer 53 % des dépenses touristiques totales.

Le secteur engrangeait des retombées de 16,4 milliards de dollars, ce qui représente 2,5 % du PIB du Québec.

« Les partenaires de l'industrie du tourisme ont été conscients et solidaires de l'importance de protéger la santé des populations tout au long de la pandémie, affirme Martin Soucy, le président-directeur général de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec. Aujourd'hui, il faut aller de l'avant et apprendre à vivre avec le virus dans cette nouvelle réalité. Pour maintenir notre position concurrentielle sur les marchés internationaux, reconquérir le cœur des touristes et revaloriser les centaines de milliers d'emplois dans le secteur, il importe de simplifier la vie des voyageurs et des entrepreneurs touristiques. Cela est fondamental pour redonner un véritable élan à une industrie qui génère des retombées directes de plusieurs milliards de dollars en plus de stimuler directement l'économie et la fierté de nos villes et de nos régions. En ce sens, nous accueillons l'allègement des mesures aux frontières avec satisfaction et soulagement après des mois de restrictions. »

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h20

Enseignement de l'histoire au Québec: Une coalition réclame des changements

L’histoire serait insuffisamment et inadéquatement enseignée, juge la Coalition pour l’histoire, qui rend publique sa plateforme de recommandations, samedi, à deux jours de l’élection au Québec.   Estimant que son enseignement permet de former des citoyens éclairés, la Coalition pour l’histoire souhaite voir un cours d’histoire sur le Québec ...

29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

26 septembre 2022

L'armée canadienne s'inquiète de plus en plus de ses problèmes de recrutement

Les Forces armées lancent un signal d'alarme sur ses problèmes de recrutement: elles manquent de recrues pour occuper les milliers de postes vacants dans ses rangs. Le problème est si criant que l'officier supérieur responsable du recrutement et de l'entraînement décrit la situation comme une crise. La brigadière-générale Krista Brodie a dit ...