Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pour faire face à la pénurie de logements

Rivière-du-Loup réclame des actions fortes de Québec en matière d’habitation

durée 13h00
15 mars 2022
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le conseil municipal de Rivière-du-Loup a adopté hier la Déclaration municipale sur l’habitation de l’Union des municipalités du Québec (UMQ).

Le maire et les conseillers joignent ainsi leur voix à un vaste mouvement initié par l’UMQ qui réunit des municipalités de toutes tailles et de partout au Québec.

« On sait depuis plusieurs années qu’on fait face à une pénurie de logements à Rivière-du-Loup et dans la région, a déclaré le maire, Mario Bastille. Plusieurs unités haut de gamme sont construites, mais il y a des besoins énormes en matière de logements abordables pour les personnes et les ménages à faible revenu. Il faut impérativement augmenter le nombre de logements sociaux sur notre territoire et ailleurs. Le gouvernement du Québec a posé certains gestes encourageants en ce sens, mais le travail n’est pas terminé : il faut en faire plus et rapidement. »

Bonifier les programmes

Le conseil municipal de Rivière-du-Loup invite donc le gouvernement du Québec à bonifier ses programmes d’aide pour répondre aux besoins pressants d’une grande partie de la population qui, pour être en mesure de contribuer pleinement à la vie économique, sociale et culturelle, doit pouvoir compter sur un toit.

La Déclaration municipale sur l’habitation reconnaît d’ailleurs l’urgence d’agir face aux besoins majeurs en habitation que connaissent toutes les régions. Elle propose plusieurs actions concrètes et innovantes que le gouvernement du Québec devrait mettre de l’avant dans le cadre de son prochain budget.

Rappelons que l’habitation constitue un enjeu prioritaire pour le conseil municipal de Rivière-du-Loup.

Avec un taux d’inoccupation de 0,5 % pour l’année 2021, selon les plus récentes données de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), la situation est critique. L’indice était déjà alarmant en 2020, à 1,3 %, mais force est d’admettre que la situation s’est dégradée depuis.

Le marché est considéré équilibré lorsque 3 % des logements sont inoccupés.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Québec: minorités visibles sous-représentés chez les dirigeants d'organismes publics.

Un nouveau rapport publié lundi constate que les membres des minorités visibles sont encore sous-représentés dans les postes de direction des organismes publics québécois. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse constate que les obstacles persistent non seulement pour accéder aux emplois, mais encore davantage pour la ...

27 janvier 2023

FRAPRU: les loyers moins chers sont plus rares dans les régions métropolitaines

Ce sont les logements à plus bas loyer qui sont les plus rares dans les régions métropolitaines du Québec, selon ce qu'affirme le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) qui revient à la charge avec sa demande au gouvernement du Québec d’un financement accru de construction de nouveaux logements sociaux. Le FRAPRU signale que le ...

27 janvier 2023

Les données de la SCHL confirment que la crise du logement s'aggrave au Québec

Il est de plus en plus difficile de se trouver un logement au Québec et ceux-ci sont de plus en plus chers. Les données publiées par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) confirment en effet que la crise du logement s’aggrave, tant en matière d’augmentation du coût des loyers que du manque criant de logements.  Bien que les ...