Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Institut national de santé publique (INSPQ)

Santé publique : la grève de trois jours des professionnels débute

durée 16h30
28 novembre 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Les professionnels de l’Institut national de santé publique (INSPQ) ont amorcé lundi matin une grève de trois jours. Ils ont manifesté à Montréal et à Québec, devant l’Assemblée nationale, dans ce contexte.

Ce sont 400 professionnels: des conseillers scientifiques, des agents d’information, des analystes en informatique, notamment, qui sont membres d’un syndicat de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Ils ont choisi de manifester devant l’Assemblée nationale pour être entendus non seulement de l’INSPQ, mais aussi des ministres et de l’ensemble des députés, a expliqué en entrevue lundi Étienne Pigeon, président du Syndicat des professionnels de la santé publique du Québec.

«J’invite les décideurs, les gens des partis d’opposition, à nous appuyer, s’ils le veulent, pour essayer de faire progresser notre cause. Ce n’est aucunement dans notre intention que le conflit de travail se poursuive. Mais les gens, les professionnels de l’INSPQ, en ont assez. On a été de bons enfants pendant la pandémie. Maintenant, c’est le temps de se faire entendre, puis d’aller chercher la reconnaissance à laquelle on a droit», a lancé M. Pigeon.

Le principal point en litige est la rémunération.

M. Pigeon affirme que ses membres accusent un retard d’environ 15 % par rapport à leurs pairs de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) qui ont des fonctions similaires.

La convention collective est échue depuis le 31 mars 2020, comme c’était le cas pour l’ensemble des employés de l’État, avant que leurs contrats de travail soient renouvelés jusqu’en mars 2023, avec les augmentations de salaire qui s’ensuivent. M. Pigeon rapporte que ses membres «n’ont rien eu de tout ça» depuis.

Les négociations ne sont pas rompues; d’autres séances auront lieu mardi, mercredi et jeudi, a noté M. Pigeon.

Comme il s’agit du secteur de la santé, les services essentiels sont assurés durant la grève, afin de ne pas mettre en danger la sécurité ou la santé du public. «On parle d’environ 10 à 15 personnes qui ont été identifiées qui ont des emplois peut−être un peu plus névralgiques dans ce genre de circonstances−là», a expliqué M. Pigeon.

Leurs collègues professionnels du Laboratoire de santé publique du Québec, aussi membres d’un syndicat de la CSQ, se sont déjà dotés d’un mandat de grève. Ils ne l’ont toutefois pas encore exercé, contrairement à ceux de l’INSPQ.

Conseil du trésor

Invité à commenter, le Conseil du trésor a indiqué que «comme dans le cas d’autres organismes hors fonction publique», il a «donné un mandat de négociation à l’INSPQ pour lui permettre de négocier des ententes équitables avec l’ensemble de son personnel», a fait savoir la porte−parole du Secrétariat du Conseil du trésor, Anne−Hélène Couturier.

 L’INSPQ a réussi à conclure une entente de principe avec un autre syndicat, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), en juin dernier. «Il est souhaité qu’il fasse de même avec les autres syndicats qui représentent son personnel, dans un délai raisonnable», a−t−elle ajouté.

«Bien que le Secrétariat du Conseil du trésor ne soit présent aux tables de négociations, l’évolution des discussions est suivie de très près de notre côté», a−t−elle assuré.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Québec: minorités visibles sous-représentés chez les dirigeants d'organismes publics.

Un nouveau rapport publié lundi constate que les membres des minorités visibles sont encore sous-représentés dans les postes de direction des organismes publics québécois. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse constate que les obstacles persistent non seulement pour accéder aux emplois, mais encore davantage pour la ...

27 janvier 2023

FRAPRU: les loyers moins chers sont plus rares dans les régions métropolitaines

Ce sont les logements à plus bas loyer qui sont les plus rares dans les régions métropolitaines du Québec, selon ce qu'affirme le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) qui revient à la charge avec sa demande au gouvernement du Québec d’un financement accru de construction de nouveaux logements sociaux. Le FRAPRU signale que le ...

27 janvier 2023

Les données de la SCHL confirment que la crise du logement s'aggrave au Québec

Il est de plus en plus difficile de se trouver un logement au Québec et ceux-ci sont de plus en plus chers. Les données publiées par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) confirment en effet que la crise du logement s’aggrave, tant en matière d’augmentation du coût des loyers que du manque criant de logements.  Bien que les ...