Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Sondage Léger

La plupart des Canadiens pensent que l'information devrait être gratuite

durée 12h00
20 septembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

Un nouveau sondage suggère que la plupart des Canadiens estiment que les informations devraient être gratuites et accessibles à tous, tout en étant convaincus que les médias trouveront d'autres moyens de gagner de l'argent.

La firme Léger a mené un sondage national en ligne auprès de 1564 personnes au cours de la fin de semaine pour recueillir leurs opinions sur la Loi sur les nouvelles en ligne du gouvernement libéral.

La loi, qui entrera en vigueur plus tard cette année, obligera les géants du Web tels que Google à indemniser les médias pour le contenu partagé ou autrement réutilisé sur leurs plateformes.

Environ trois répondants sur quatre ont déclaré qu'ils connaissaient la Loi sur les nouvelles en ligne, anciennement connue sous le nom de projet de loi C-18, et 34 % des personnes interrogées ont déclaré que la loi était une bonne chose pour aider les médias qui sont en concurrence avec les géants de la technologie pour les recettes publicitaires.  

En réponse au projet de loi, Meta a supprimé les informations canadiennes de ses plateformes Facebook et Instagram, ce qui a irrité les répondants du sondage. 

Dans l'ensemble, 59% des personnes sondées ont affirmé que l'entreprise devrait rétablir l'accès aux informations, et seulement 12 % ont convenu que Meta devrait être autorisée à protester contre la législation.

«C'est assez intéressant parce qu'il n'y a pas beaucoup d'opposition au projet de loi lui-même», a déclaré Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger.

«Il y a une opposition au fait qu'ils n'obtiennent pas leurs nouvelles quand ils veulent, où ils veulent», a-t-il précisé. 

Le sondage suggère que deux Canadiens sur trois pensent que l'information devrait être gratuite et accessible à tous, et que «les médias en difficulté ont d'autres moyens de gagner de l'argent».

Ce sentiment était le plus élevé chez les 18 à 34 ans, un groupe qui s'informe presque uniquement sur les réseaux sociaux.

M. Bourque a déclaré qu'il y avait un sentiment de : «C'est là, ça existe. Je devrais avoir le droit d'y avoir accès.»

Selon lui, il s'agit d'un sous-produit d’internet et de l’idée selon laquelle il devrait donner aux gens un accès universel à tout ce qu’ils veulent.

«Et les réseaux sociaux offraient pratiquement tout gratuitement, a-t-il souligné. Je pense que la plupart des Canadiens s'attendent à ce que ça soit ainsi qu'ils obtiennent des informations.»

Le premier ministre Justin Trudeau a souvent déclaré que Meta refusait de «payer leur juste part» parce qu'ils avaient choisi de supprimer les informations canadiennes de leurs plateformes au lieu de négocier des accords avec les médias, comme l'exige la loi.

Le sondage suggère que 43% des Canadiens soutiennent le projet de loi, tandis que 31% y sont opposés et 26% n’en savent pas suffisamment sur la situation pour avoir une opinion.

L'organisme professionnel de l'industrie des sondages, le Conseil de recherche et d'intelligence marketing canadien, affirme que les sondages en ligne ne peuvent pas se voir attribuer une marge d'erreur, car ils n'échantillonnent pas la population de manière aléatoire.

Les sociétés de presse comptent depuis longtemps sur les abonnés, les téléspectateurs et les annonceurs pour générer des revenus, mais ces dernières années, elles ont vu chacune de ces sources de revenus diminuer.

Le projet de recherche sur la concentration des médias canadiens, le Canadian Media Concentration Research (CMCR) project, a révélé que Google et Facebook représentaient collectivement 79% des revenus publicitaires en ligne estimés à 12,3 milliards $ en 2021, et plus de la moitié des dépenses publicitaires totales dans tous les médias.

Médias d'info Canada a déclaré que les revenus publicitaires des journaux communautaires du pays ont chuté à 411 millions $ en 2020, contre 1,21 milliard $ en 2011. Au cours de cette période, près de 300 journaux ont disparu ou ont fusionné avec d'autres publications.

M. Bourque a indiqué que les répondants croient que les médias trouveront d'autres moyens de gagner de l'argent. «Mais quelle autre manière ?» se demande-t-il. 

Les résultats du sondage montrent que près de la moitié des Canadiens, soit 47%, ont remarqué un changement après que Meta a bloqué les informations, avec des chiffres plus élevés s'élevant à 54% parmi les Québécois et 59% parmi ceux qui obtiennent leurs nouvelles principalement via les médias sociaux.

Les personnes interrogées se tournent vers d'autres sources d'informations : 22% des répondants disent se tourner vers la télévision et la radio, 20% affirment qu'elles se tourneront vers des sites Web et applications mobiles gratuites de médias traditionnels et 13% choisissent d'autres sites de médias sociaux comme Reddit et X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

Seuls 6% se disent prêts à payer un abonnement pour accéder directement aux informations.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La prochaine saison des feux de forêt pourrait être pire que l'an dernier

Les ministres provinciaux, territoriaux et fédéraux chargés des interventions d'urgence ont conclu deux jours de réunions à Ottawa. Cela comprenait des discussions sur la prochaine saison des feux de forêt, qui commence déjà tôt en Alberta. Le ministre fédéral de la Protection civile, Harjit Sajjan, a déclaré que les incendies de forêt de ...

20 février 2024

Les 55 ans et plus occupent maintenant plus d'un million d'emplois au Québec

Les personnes âgées de 55 ans et plus viennent de dépasser le cap du million d'emplois au Québec. En 2023, elles occupaient 1 000 500 emplois comparativement à 961 000 en 2022, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans son Bilan annuel du marché du travail pour 2023. Ces travailleurs âgés de 55 ans et plus occupent ...

20 février 2024

Bilan 2023 au Québec: taux d'emploi et taux d'activité inégalés pour les femmes

Les taux d'activité et d'emploi des femmes au Québec ont atteint en 2023 le niveau le plus élevé depuis que ces statistiques sont compilées, soit depuis 1976, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec.  L'ISQ, qui vient de publier son Bilan annuel du marché du travail pour 2023, précise en effet que le taux d'emploi des femmes, ...