Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Institut de la statistique du Québec

Étude: le quart des 12 à 17 ans ont vécu de l’intimidation

durée 12h00
19 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les établissements scolaires fréquentés par les plus jeunes sont ceux où l’on trouve la plus grande proportion de personnes qui vivent de l’intimidation ou de la cyberintimidation parmi celles âgées de 12 ans et plus, selon un nouveau rapport de l’Institut de la statistique du Québec.

Environ 12 % de la population québécoise âgée de 12 ans et plus a vécu de l'intimidation ou de la cyberintimidation à l'école, au travail ou ailleurs, selon l'étude menée auprès de plus de 21 000 personnes de 12 ans et plus en 2022.

Les plus jeunes seraient les plus touchés.

Environ le quart (27 %) des personnes âgées de 12 à 17 ans ont vécu de l’intimidation ou de la cyberintimidation dans un contexte scolaire, selon les résultats de «l'Étude québécoise sur les rapports sociaux dans un contexte scolaire, de travail et dans la communauté 2022».

Il y aurait donc quatre fois plus d’incidents liés à l’intimidation dans les écoles primaires et secondaires que dans les écoles de métiers ou de formation professionnelle, où 7,2 % des personnes ont subi de l’intimidation.

La proportion pour les cégeps est de 7,6 % et elle est de 3,4 % pour les universités.

Il est estimé que 61 % des personnes, davantage de filles que de garçons, se sont confiées à une autre personne après avoir subi de l’intimidation, selon l’étude.

«Dans le contexte scolaire, on retrouvait une proportion de 67 % des filles qui avaient vécu de l'intimidation qui s'étaient confiées à quelqu'un, alors que chez les garçons, c'était 53 %», a expliqué la chercheuse à l'Institut de la statistique du Québec Daniela Aranibar, en précisant que l'étude a été réalisée pour le compte du ministère de la Famille.

Intimidation au travail

Le rapport souligne que dans le cadre professionnel, 8 % des travailleurs interrogés ont vécu du harcèlement ou du cyberharcèlement lié à leur milieu de travail, au cours des 12 derniers mois.

«Ce sont 10 % des femmes qui ont vécu du harcèlement ou du cyberharcèlement au travail. Et pour les hommes, cette proportion est d'environ 7 %», a indiqué Daniela Aranibar.

Les personnes les plus touchées

Outre les jeunes, les personnes les plus susceptibles d'avoir vécu de l'intimidation ou de la cyberintimidation au cours des 12 mois précédant l'étude sont celles dont l'orientation sexuelle est LGB+. Elles sont effectivement 28 % à avoir vécu de l’intimidation ou du cyberharcèlement, contre 10 % chez les personnes hétérosexuelles.

Les personnes transgenres ou de genre non binaire sont également surreprésentées, à 34 % contre 11 % chez les personnes cisgenres.

Les Autochtones et les minorités visibles, les personnes qui ont une «incapacité qui les limite dans leurs activités quotidiennes» et celles dont le revenu est faible sont également touchées davantage par l’intimidation et la cyberintimidation, selon l’étude.

C’est la première fois que l’Institut de la statistique procède à une telle enquête, on ne peut donc pas conclure si le phénomène était plus ou moins courant en 2022 que lors des années précédentes.

Également, puisque l’étude portait sur les personnes âgées de 12 ans et plus, elle ne fait pas mention de l’ampleur de la problématique chez les plus jeunes.

Selon les auteurs de l’étude, l'intimidation et la cyberintimidation «comprennent des actes agressifs qui ont pour effet de nuire à la personne visée, qui sont répétitifs et qui surviennent lorsqu'il y a inégalité des rapports de force entre la personne visée et la personne autrice de ces actes».

Stéphane Blais, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Rapport de Banques alimentaires Canada: le taux de pauvreté serait sous-estimé

Le taux de pauvreté serait sous-estimé au pays, selon un rapport de Banques alimentaires Canada publié mardi. Banques alimentaires Canada estime que «le taux de pauvreté officiel du Canada ne donne pas une image complète de la faim et de l'insécurité alimentaire» au pays. L'organisation avance que 25 % des Canadiens auraient un niveau de vie ...

Hausse marquée à la DPJ des signalements pour exposition à la violence conjugale

Le nombre de signalements reçus à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) pour un motif d’exposition à la violence conjugale a plus que doublé en 10 ans, passant d'environ 8000 en 2014 à un peu plus de 17 000 en 2023. Cela représente une hausse de 14,7 % des signalements liés à l'exposition à la violence conjugale comparativement à ...

L'IA pour mieux comprendre la consommation problématique de pornographie

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par une professeure de l'Université de Montréal a utilisé l'intelligence artificielle pour identifier des facteurs prédictifs d'une consommation problématique de pornographie. Plus de 70 scientifiques à travers le monde ont ainsi compilé leurs données de recherche pour recenser plus de 700 ...