Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Institut canadien d'information sur la santé

Les hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires bondissent au Canada

durée 18h00
22 février 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Alors que de nombreux hôpitaux sont surchargés un peu partout à travers le pays, le nombre d'hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires a grimpé en flèche, revenant ainsi aux taux prépandémiques. 

C'est ce que révèlent les données de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) publiées jeudi. Pour la période 2022-2023, les maladies respiratoires figurant parmi les 10 principales causes d’hospitalisation ont été à l’origine de 32 % de toutes les hospitalisations chez les enfants âgés de 0 à 4 ans, soit une hausse de 20 % par rapport à l'année précédente. 

Pour ce groupe d'âge, les hospitalisations liées à la grippe saisonnière ont bondi de 33 à 2444 cas. Bien que cette hausse soit impressionnante, il s'agit d'un nombre de cas semblable aux données d'avant la pandémie, a précisé Tanya Khan, gestionnaire des opérations des bases de données clinico-administratives à l'ICIS. 

«Les données qu’on diffuse aujourd’hui ne regardent pas les facteurs, mais on présume que l’assouplissement des mesures de santé publique a notamment amené les enfants à interagir avec un plus grand nombre de personnes et dans des contextes qui n’étaient pas permis l’année précédente», a expliqué Mme Khan. 

Par exemple, le retour des cours en personne, la reprise des sports d’équipe, l'abandon du port du masque obligatoire, entre autres pour les travailleurs dans les garderies, «tous ces facteurs ensemble peuvent peut-être expliquer cette hausse», indique Mme Khan. 

Toujours chez les 0-4 ans, le nombre de séjours à l’hôpital en raison d’une infection des voies respiratoires inférieures comme une bronchite aiguë a augmenté, passant de 9501 à 19 909. De plus, une hausse de 43 % a été observée pour les séjours attribuables à la COVID-19. 

«C’est vrai que les cas ont presque doublé, mais pour l’année 2021-2022 on vivait avec plus de mesures de santé publique, alors il y avait moins de chance d’avoir des virus qui circulent et des infections», a expliqué Mme Khan. 

Elle souligne que les enfants ont un système immunitaire moins développé que les adultes. Il s'agit donc d'une population qui est plus affectée par les maladies respiratoires, tout comme les personnes âgées. 

«C’est quand même bouleversant de voir les répercussions des maladies respiratoires chez les Canadiens les plus jeunes, a-t-elle commenté. Nos hôpitaux continuent à avoir beaucoup de difficulté à gérer les demandes de services, alors on continue à regarder les données pour aider les provinces et les territoires à planifier les soins.» 

Les bambins ne sont pas les seuls touchés par la propagation de maladies respiratoires. Pour les jeunes âgés de 0 à 17 ans, les hospitalisations pour une pneumonie ont triplé et celles pour l’asthme ont presque doublé. 

«Pour tous les hôpitaux pédiatriques au pays, l’année dernière fut sans précédent, montrant au grand jour d’importantes lacunes dans le système. Nous savons par expérience que les saisons des virus continueront d’affecter nos plus jeunes patients. C’est pourquoi il est si important d’investir dans notre système de soins pédiatriques et d’adopter des mesures de santé publique pour réduire les risques», a déclaré dans un communiqué la Dre Lindy Samson, médecin hygiéniste en chef au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario et spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques.

Mme Khan espère que les données diffusées par l'ICIS seront utiles pour la santé publique, les systèmes de prévention et les systèmes de soins à travers le Canada, et plus particulièrement durant les saisons grippales et virales, où il y a plus de virus qui circulent. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

durée Hier 9h00

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...