Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Selon une recherche de l'INSPQ

Les outils pour cesser de fumer sont connus, mais peu utilisés par les fumeurs

durée 15h00
23 février 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Une recherche indique que même si une majorité de fumeurs et d’anciens fumeurs récents du Québec connaissent les services d’aide pour renoncer au tabagisme, peu les utilisent. 

Un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique (INSPQ) ajoute que même les aides pharmacologiques et les services bien connus sont relativement peu utilisés. 

La ligne téléphonique et le site Internet J’ARRÊTE sont respectivement connus de 81 % et 61 % des fumeurs et anciens fumeurs récents, mais utilisés par 2 % et 8 % d’entre eux, avec des avis partagés quant à leur utilité. 

Les aides pharmacologiques, en particulier les timbres, les gommes et les pastilles de nicotine, sont connues par plus de 95 % des fumeurs et anciens fumeurs récents âgés de 18 ans et plus, mais moins de 10 % en font usage.

Le remboursement des aides pharmacologiques est considéré comme très utile par la majorité de ses bénéficiaires; pourtant, peu de fumeurs s’en prévalent. 

L’INSPQ signale que la littérature confirme pourtant que ces interventions sont efficaces et que leurs coûts sont moindres par rapport à ceux engendrés par le traitement des maladies causées par le tabagisme. Mais une proportion importante de fumeurs et d’anciens fumeurs récents ont rapporté qu’ils voulaient cesser par eux-mêmes de faire usage du tabac.

Les auteurs de la recherche signalent que la faible utilisation des ressources n’est pas unique au Québec; elle a aussi été observée dans d’autres provinces du Canada et ailleurs dans le monde. 

L’Institut de la statistique du Québec a élaboré un panel de sondage sur lequel reposent ces données. Les fumeurs et anciens fumeurs ont été invités à remplir un questionnaire et de février à mai 2022, un total de 1336 fumeurs et anciens fumeurs y ont participé.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


19 avril 2024

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...