Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Institut économique de Montréal

Pas de progrès pour l'attente aux urgences, montre un rapport de l'IEDM

durée 15h00
18 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le temps d'attente médian aux urgences est demeuré relativement stable d'une année à l'autre, atteignant 5 heures 13 minutes, indique un rapport publié lundi par l'Institut économique de Montréal (IEDM). 

Cela représente une hausse de deux minutes comparativement aux données de l'an dernier. Selon Emmanuelle B. Faubert, économiste à l'IEDM et autrice du rapport, bien que la situation soit stable, cela ne signifie pas pour autant qu'elle soit acceptable. 

Sur une période de cinq ans, la durée médiane de séjour en salle d’urgence de la province a augmenté de 42 minutes. Cette donnée calcule la durée de temps écoulée de l’enregistrement du patient à l’urgence jusqu’à son départ pour son domicile ou à son hospitalisation dans un autre département. 

Le rapport met en évidence qu'il existe de grandes disparités entre les régions du Québec. Les visites aux urgences dont la durée médiane est la plus longue sont dans les régions des Laurentides (7 heures et 18 minutes), de Lanaudière (6 heures et 56 minutes) et de Laval (6 heures et 53 minutes).

À l'opposé, les régions les plus performantes sont la Gaspésie (3 heures et 12 minutes), le Bas-Saint-Laurent (3 heures et 17 minutes) et la Côte-Nord (3 heures et 33 minutes). 

L'Hôpital Anna-Laberge, en Montérégie, et l'Hôpital Royale Victoria, à Montréal, ont été particulièrement achalandés en 2023-2024, avec une durée d'attente médiane respective de 13 heures et 4 minutes et 10 heures et 27 minutes. 

Dans d'autres centres hospitaliers, la situation est tout autre. Dans les salles d'urgence des hôpitaux de Montmagny, de Chauveau, de Trois-Pistoles et l'Hôpital de Notre-Dame-du-Lac, l'attente médiane est sous la barre des trois heures. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


19 avril 2024

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

19 avril 2024

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...