Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

«Au moment jugé opportun»

La FIPEQ-CSQ va solliciter des mandats de grève de ses 3000 membres dans des CPE

durée 15h00
3 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Quelque 3000 travailleuses dans les Centres de la petite enfance (CPE) seront appelées, dans les prochains jours, à se prononcer sur un mandat de «grève progressive».

Il s'agit de 3000 travailleuses membres de syndicats de la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ), qui est affiliée à la CSQ.

Elles voteront sur ce mandat de grève à compter de lundi prochain, et ce, jusqu'au 16 mai.

Si le mandat est effectivement accordé par les membres, cette éventuelle grève progressive serait déclenchée «au moment jugé opportun», a indiqué en entrevue Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ.

Une grève progressive peut se décliner en heures, en demi-journées, en journées ou en blocs de quelques journées. «On va y aller graduellement, s'il faut l'utiliser, pour tranquillement mettre une pression», a affirmé Mme Grenon.

«On n'est pas du tout à la grève générale illimitée, pour l'instant», a-t-elle précisé.

Pas de négo; pas de dépôt

Si la FIPEQ s'est résignée à solliciter de tels mandats, c'est pour obtenir le dépôt d'offres gouvernementales et le début de négociations, un an après l'échéance des conventions collectives.

«On ne négocie pas du tout. On a eu une rencontre, cette semaine: ils voulaient nous expliquer l'état des finances du Québec», rapporte la dirigeante syndicale.

La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, avait indiqué, en février, qu'avant de déposer ses offres, elle voulait attendre que les autres organisations syndicales aussi, et pas seulement la FIPEQ, aient déposé leurs demandes.

Or, d'autres organisations syndicales concernées à la CSN et à la FTQ ont affirmé à La Presse Canadienne être prêtes depuis des mois.

Mme Grenon ajoute que même si Québec n'était pas prêt à déposer son offre salariale destinée à tous, il aurait pu amorcer les discussions sur les clauses normatives propres à chaque organisation syndicale.

Et Mme Grenon ne veut «pas du tout» attendre à septembre, voire à l'automne, pour amorcer la négociation. Les conventions collectives sont échues depuis le 31 mars 2023, soit en même temps que celles du secteur public.

Sa frustration est telle que la FIPEQ a déposé une plainte pour négociation de mauvaise foi contre Québec.

«On aurait souhaité ne pas se rendre là. Sincèrement, on pensait que le gouvernement avait à coeur notre réseau pour offrir des places aux parents. Mais on va mettre la pression nécessaire pour maintenir nos intervenantes et avoir un réel dépôt et négocier enfin», conclut Mme Grenon.

Les CPE qui seraient touchés par une éventuelle grève de la FIPEQ sont situés dans les régions de Chaudière-Appalaches, Montréal, Laval, Capitale-Nationale, Montérégie, Lanaudière, Abitibi-Témiscamingue et Estrie. Ce ne sont pas tous les CPE de ces régions qui seraient touchés, puisque les deux autres centrales syndicales y représentent aussi des travailleuses.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Une protéine pourrait freiner les dommages d'un AVC

Une protéine dont le rôle a récemment été élucidé par un chercheur de l'Université Laval pourrait un jour permettre de minimiser les dommages causés au cerveau par un accident vasculaire cérébral (AVC). Le professeur Ayman ElAli et ses collègues ont ainsi découvert que la protéine PDGF-D, qui est produite dans le cerveau après un AVC par des ...

Héma-Québec lance un appel urgent pour les dons de sang des groupes O+, O- et B-

Héma-Québec lance un appel «urgent» aux personnes appartenant aux groupes sanguins O+, O- et B+ qui seraient prêtes à donner du sang, car ses réserves se sont détériorées dans les dernières semaines. Dans un communiqué publié jeudi matin, Héma-Québec a expliqué que l'arrivée du beau temps a poussé de nombreux donneurs à annuler leur ...

durée Hier 18h00

Les garderies privées subventionnées se disent traitées injustement

Écorchées par la vérificatrice générale, les garderies privées subventionnées se trouvent traitées injustement. Dans un rapport publié la semaine dernière, la vérificatrice Guylaine Leclerc faisait ressortir que 57 % des garderies privées subventionnées échouaient dans la mesure d'évaluation de la qualité éducative, par rapport à un taux d'échec ...