Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Au Québec, l'âge est de 50 ans

La Société canadienne du cancer réclame le dépistage du cancer du sein dès 40 ans

durée 09h00
10 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Toutes les provinces et tous les territoires devraient abaisser à 40 ans l’âge d’admissibilité au dépistage du cancer du sein pour les personnes présentant un «risque moyen», estime la Société canadienne du cancer.

Certaines provinces offrent déjà gratuitement les mammographies à partir de 40 ans, mais les lignes directrices actuelles établies par un groupe de travail canadien recommandent de commencer le dépistage à 50 ans. 

C'est ce que fait d'ailleurs le Québec — tout comme le Nouveau-Brunswick et l'Ontario, mais ces deux provinces se sont engagées à abaisser cette année à 40 ans l'âge minimum pour le dépistage volontaire.

Sandra Krueckl, vice-présidente principale, Mission, information et services de soutien à la Société canadienne du cancer, estime qu'il est essentiel que les femmes de tout le pays aient un accès rapide au dépistage du cancer du sein, «peu importe où elles vivent».

Selon Mme Krueckl, «il existe des preuves suffisamment solides provenant d'essais cliniques, d'études de modélisation et de données sur le terrain pour justifier ce passage à 40 ans»

Environ 13 % des cas de cancer du sein au Canada surviennent chez des femmes de 40 à 49 ans, a signalé Mme Krueckl. Un diagnostic plus précoce signifie souvent qu’un traitement moins invasif est nécessaire et que les résultats sont meilleurs, a-t-elle souligné.

Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs établit des lignes directrices cliniques pour aider les médecins de famille et les infirmières praticiennes à décider si et quand on devrait suggérer un dépistage. Le Groupe recommande actuellement un dépistage systématique dès l'âge de 50 ans pour les personnes présentant un risque moyen de cancer du sein.

Le Groupe de travail devrait réviser ses directives ce printemps, mais il a déclaré dans un courriel qu'un examen «détaillé» des essais cliniques, des meilleures pratiques internationales et d'autres données était toujours en cours et n'a pas confirmé quelles seront les directives mises à jour.

«Le Groupe d'étude canadien respecte la Société canadienne du cancer et son important travail, a-t-on écrit. Nous sommes impatients de discuter des projets de recommandations sur le dépistage du cancer du sein issus de notre examen complet des données probantes plus tard ce printemps.»

Ce sont les provinces qui paient

Même si le Groupe de travail recommande que le dépistage commence à 40 ans, c'est en fin de compte aux provinces et aux territoires de le financer, souligne toutefois la Société canadienne du cancer.

Il est aussi «extrêmement important» que les professionnels de la santé en première ligne parlent avec leurs patientes du dépistage du cancer du sein dès l'âge de 40 ans et n'attendent pas qu'elles aient 50 ans, a déclaré Mme Krueckl.

«Nous savons également que les femmes noires sont diagnostiquées plus fréquemment avant l'âge de 50 ans et que leur maladie est plus avancée», a-t-elle ajouté en entrevue.

Au Canada, une femme sur huit devrait recevoir un diagnostic de cancer du sein au cours de sa vie, selon la Société canadienne du cancer.

Voici les âges d'admissibilité au dépistage du cancer du sein dans chaque province et territoire, selon la Société canadienne du cancer:

- Les programmes de dépistage au Québec, au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador débutent à 50 ans.

- En Colombie-Britannique, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et au Yukon, les femmes peuvent se soumettre elles-mêmes à un dépistage du cancer du sein à partir de 40 ans.

- En Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest, le dépistage est offert à partir de 45 ans.

- L'Ontario et le Nouveau-Brunswick se sont tous deux engagés à abaisser de 50 à 40 ans cette année l'âge minimum pour le dépistage volontaire.

- La Saskatchewan a annoncé qu'elle réduirait l'admissibilité au dépistage à 40 ans dans le cadre d'une approche «progressive» à compter de 2025.

- Le Nunavut n'a pas de programme organisé de dépistage du cancer du sein.

____

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Nicole Ireland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Données de l'ISQ: les Québécois fument moins la cigarette, mais vapotent plus

La proportion des Québécois qui fument la cigarette tend à diminuer, mais ils sont plus nombreux à vapoter, montre de nouvelles données de l'Institut de la statistique (ISQ) dévoilées jeudi. L'Enquête québécoise sur le tabac et les produits de vapotage de 2023 a été menée auprès de 12 000 personnes de 15 ans et plus. Il en ressort que les jeunes ...

Une protéine pourrait freiner les dommages d'un AVC

Une protéine dont le rôle a récemment été élucidé par un chercheur de l'Université Laval pourrait un jour permettre de minimiser les dommages causés au cerveau par un accident vasculaire cérébral (AVC). Le professeur Ayman ElAli et ses collègues ont ainsi découvert que la protéine PDGF-D, qui est produite dans le cerveau après un AVC par des ...

Héma-Québec lance un appel urgent pour les dons de sang des groupes O+, O- et B-

Héma-Québec lance un appel «urgent» aux personnes appartenant aux groupes sanguins O+, O- et B+ qui seraient prêtes à donner du sang, car ses réserves se sont détériorées dans les dernières semaines. Dans un communiqué publié jeudi matin, Héma-Québec a expliqué que l'arrivée du beau temps a poussé de nombreux donneurs à annuler leur ...